Digitaliser les futurs Salons pourrait devenir l’avenir de l’événementiel

Digitaliser les futurs Salons : l’avenir de l’événementiel ?

18243

Digitaliser les futurs Salons : des solutions à creuser

 

Actuellement, digitaliser les futurs Salons et les grands événements est une solution à envisager. En tous cas, elle fait beaucoup réfléchir les professionnels. En effet, le secteur de l’événementiel traverse aujourd’hui une crise inédite. Notamment, à cause d’une jauge limitée de participants autorisés. Lors des vastes rassemblements publics. Par conséquent, pour se réinventer, ce secteur professionnel pourrait choisir des options virtuelles. Pour remplacer les grandes réunions physiques importantes. Devenues impossibles à organiser.

 

Des possibilités qui gagnent du terrain

Digitaliser les futurs Salons pourrait apporter des solutions à ce secteur professionnel.

Digitaliser les futurs Salons pourrait apporter des solutions à ce secteur professionnel.

De fait, la question reste posée : le numérique peut-il devenir l’outil qui permettra à l’événementiel de rebondir ? Car les solutions proposées par les visioconférences, voire la réalité augmentée et virtuelle, pourraient bientôt combler de nombreux besoins dans ce domaine. Notamment, en permettant de digitaliser les futurs Salons. Aujourd’hui interdits, dès que leur taille devient trop conséquente. De fait, de nouveaux moyens technologiques, de plus en plus interactifs, sont désormais bien connus. En plus, ils ont déjà montré qu’ils pouvaient attirer de multiples participants. Sans pour autant provoquer des rassemblements physiques potentiellement dangereux. En terme de contaminations.

Des exemples de réussite

Récemment, deux des plus grands événements mondiaux du High-Tech – le Consumer Electronics Show et le Mobile World Congress – ont opté pour une solution numérique. En mélangeant avec succès des présentations à la fois virtuelles et physiques. Ce qui leur a permis de contourner les restrictions sanitaires. Tout en touchant un large volume de participants. A l’avenir, ce type de solutions pourrait donc servir à digitaliser les futurs Salons.

Une frontière qui s’amenuise

Ainsi, le numérique offre au public des Salons le confort d’accéder aisément à des contenus. Et même de les partager. Avec en plus, la possibilité de dialoguer via les réseaux sociaux. Entre autres, en se servant parallèlement d’applications dédiées. Par ailleurs, grâce aux outils virtuels, il est très facile d’analyser l’impact réel des événements retransmis. De même que leurs retombées. Ensuite, cela facilite la mise en place des futures améliorations à apporter. Enfin, les divers confinements ont massivement aidé à développer une nouvelle perception des échanges. En entamant la frontière classique entre la présence réelle et celle qui est virtuelle. Progressivement, cela a instauré de nouvelles tendances chez les utilisateurs.

Une alternative à développer

Dernièrement, Volkswagen a aussi marqué des points sur ses concurrents. En proposant à ses clients un stand virtuel. Qui exposait les nouveaux modèles de la marque. Grâce à un outil de réalité augmentée. Cela, malgré l’annulation du Salon de l’Automobile de Genève. De la même manière, fin avril, en France, le Salon Virtuel Masters, organisé par l’Université Catholique de LiIle, a aussi servi d’exemple. De fait, il a permis à de nombreux élèves de se renseigner auprès de professionnels de l’orientation. Sans se déplacer. Cela montre que digitaliser les futurs Salons constitue une alternative plus qu’intéressante.



Journaliste spécialiste des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. Collaborateur permanent du Bulletin des Communes et chef de rubrique.