L’épargne forcée : un trésor à débloquer pour une vraie reprise financière

L’épargne forcée : un trésor à débloquer pour une vraie reprise financière

18734

L’épargne forcée : un frein économique

 

En France, l’épargne forcée pendant huit semaines de confinement aurait atteint 55 milliards d’euros. Or, la remise en circulation de ce pactole est désormais nécessaire. Pour retrouver une situation économique saine. Si l’on veut éviter une future récession.

 

Une reprise attendue

Une tirelire en forme de cochon pour symboliser une épargne forcée

L’épargne forcée accumulée par les Français constitue aujourd’hui un frein économique.

A l’heure actuelle, on estime que les contraintes de la crise sanitaire auraient entraîné, en moyenne par Français, une épargne forcée de près de 270 euros par semaine. Cela, selon les calculs de l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques. Or, la question qui se pose aujourd’hui, est de savoir de quelle manière les consommateurs réagiront, à la fin de cette crise. En effet, vont-ils se ruer dans les boutiques ? Pour combler un manque et se rattraper ? De fait, pour de nombreux experts, cela serait particulièrement souhaitable. Si l’on veut permettre au pays de se remettre sur des rails favorables, en terme d’économie.

Une conséquence des restrictions

Dernièrement, on évalue environ à 55 milliards d’euros d’épargne forcée le montant qui s’est encore ajouté aux sommes déjà accumulées. Cela, grâce à une baisse imposée d’environ un tiers de la consommation courante. Si l’on en croit la dernière note de conjoncture, publiée le 2 avril par l’Institut national de la statistique et des études économiques. De fait, ce bilan observe une “[…] chute des achats de carburant, de véhicules automobiles et d’autres biens manufacturés (habillement)[…]”. Par ailleurs, la tendance est évidemment identique dans les secteurs actuellement fermés. Comme ceux de la restauration, des loisirs, ou encore de certains hébergements.

Lutter contre une future récession

Pour de nombreux économistes, le retour massif des Français à une consommation plus active permettrait d’amortir une future récession. Car en cas d’inertie durable de la consommation, renforcée par un réflexe d’épargne, cette récession risque de s’installer. En ne permettant pas au moteur économique de redémarrer. Car il serait alors grippé par l’épargne forcée. Une analyse que partage également Bruno Le Maire. Qui a récemment rappelé que le pays avait impérativement « besoin d’investissement ».
De fait, tous les sondages qui démontrent aujourd’hui que les Français alimentent leur épargne sont mauvais pour un rebond économique du pays. Pour l’instant, encore très hypothétique.