Dépôts sauvages en Lorraine : un fléau illégal récurrent

Dépôts sauvages en Lorraine : un fléau illégal récurrent

23262

Depuis des mois, des dépôts sauvages en Lorraine ont lieu. Cela, au nord de ce territoire. Ainsi, on y retrouve des abandons de gravats et de déchets professionnels. En grande partie, ils proviennent du Luxembourg. La plupart du temps, ce sont des ouvriers frontaliers qui en sont responsables.

Des actions répressives coordonnées

Les dépôts sauvages en Lorraine sont un fléau illégal récurrent.

Les dépôts sauvages en Lorraine sont un fléau illégal récurrent.

Après analyse de cette nuisance, on peut l’attribuer à des réseaux organisés. En effet, ces abandons sont réguliers. Au final, cette pratique illégale de dépôts sauvages en Lorraine est dangereuse. Ainsi, elle finit par constituer des tonnes de déchets. De plus, ils sont parfois toxiques. Par conséquent, pour contrer ce problème récurrent, le territoire d’Alzette-Belval va mener des actions répressives. Celles-ci coordonneront les services des douanes, de la gendarmerie et de la police françaises. En accord avec les services luxembourgeois et le ministère de l’Environnement. Ainsi que la Communauté de communes du Pays-Haut Val d’Alzette.

Une surveillance plus étroite des dépôts sauvages en Lorraine

Actuellement, le Groupement Européen de Coopération Territoriale est conscient de la difficulté de surveiller les déplacements transfrontaliers. Notamment, entre la France et le Luxembourg. Néanmoins, depuis le début de l’année, les douanes ont réussi à intercepter dans cette zone cinquante tonnes de déchets. Entre autres, grâce à des opérations de contrôle par surprise. Sans elles, cet énorme volume aurait été abandonné. Comparativement, l’année précédente, ces interventions n’avaient bloqué que quarante-deux tonnes. Ce qui montre une aggravation du phénomène.

Des législations différentes

Principalement, ces dépôts sauvages en Lorraine s’expliquent par une législation luxembourgeoise plus stricte sur les déchets. Ménagers ou professionnels. En effet, le Luxembourg impose des taxes plus élevées dans ce domaine. Pour cette raison, la police lorraine interdit désormais les véhicules utilitaires dont l’immatriculation est luxembourgeoise. De plus, des policiers municipaux surveillent maintenant l’accès aux déchetteries locales. Ainsi que les emplacements réservés aux dépôts volontaires. En plus de la surveillance par caméras déjà mise en place.

Des poursuites contre les dépôts sauvages parfois sans suite

A ce jour, des amendes administratives sont prévues en cas de dépôts sauvages en Lorraine. Leur montant moyen est de 1.500 euros. Cependant, poursuivre les délinquants responsables de ces pratiques reste une tâche difficile. D’ailleurs, les communes qui sont victimes d’abandons de déchets ont du mal à les réprimer. Pour preuve, récemment, à Rédange, malgré une poursuite du parquet de Lille, des délinquants récidivistes belges n’ont pas été retrouvés. Cela, malgré leur identification.