Courbevoie refuse un chantier très invasif et des travaux trop envahissants.

Courbevoie refuse un chantier très invasif : des travaux trop envahissants

20331

Alors qu’actuellement le projet Eole est toujours en cours. Pourtant la ville de Courbevoie refuse un chantier  jugé très invasif. Ce nouveau projet concerne la ligne 15 du métro. Or, celui-ci est a priori de taille trop importante. Et surtout potentiellement trop envahissant. Cette fois, le but de ses travaux serait de prolonger la ligne du RER E.

Une gêne jugée trop importante

Courbevoie a refusé un chantier très invasif, avec des travaux trop envahissants sur son territoire.

Courbevoie a refusé un chantier très invasif, avec des travaux trop envahissants sur son territoire.

L’un des problèmes que pose ce projet d’énormes travaux est que ce chantier doit s’étendre à l’ouest de Courbevoie. Or, la gêne que ce vaste projet va forcément provoquer inquiète beaucoup les élus. Au point que ce 14 avril, le Conseil municipal l’a rejeté. Afin que ces nouveaux travaux ne viennent pas ensuite perturber la vie de la commune. Ainsi, Courbevoie s’oppose à un chantier très invasif, qui inquiète énormément la municipalité. D’ailleurs, la mairie a jugé que la Déclaration d’Utilité Publique, datant de septembre 2020, comportait trop de « modifications majeures ». Désormais, ces changements remettent directement en cause l’équilibre coût-avantage des habitants de Courbevoie. Par conséquent, si ce projet était maintenu en l’état, les riverains souffriraient beaucoup de ce futur chantier. Par ailleurs très long.

Courbevoie refuse un chantier de façon unanime

Les élus de Courbevoie ont voté contre ce projet à l’unanimité. Les élus de la majorité comme ceux de l’opposition. Par conséquent, la Société du Grand Paris va devoir sérieusement revoir le déroulement prévu de ces travaux. Surtout, pour réduire les contraintes que ce chantier risquent de provoquer sur ce territoire. Ensuite, le nouveau projet attendu devra parvenir à convaincre la mairie. Entre autres, au sujet d’une rocade qui devrait s’étendre sur 75 kilomètres, construite autour de la Capitale. De même, la construction d’une gare dans le quartier de Bécon-les-Bruyères, au nord-est de Courbevoie, devra aussi être revue. Afin de rendre la gêne des travaux qui auront lieu moins pénalisante pour les habitants. En attendant, Courbevoie s’oppose à un chantier très invasif.