Le lancement d'une nouvelle carte nationale d’identité électronique a eu lieu en France.

Carte nationale d’identité électronique : un justificatif plus sûr

19312

Le lancement d’une nouvelle carte nationale d’identité électronique a eu lieu ce 16 mars, dans l’Oise. Bientôt, l’ensemble des informations personnelles que contient ce nouveau titre sera consultable dans toute l’Europe.

Un déploiement progressif

La carte nationale d’identité électronique représente une évolution importante, en terme de sécurité.

La carte nationale d’identité électronique représente une évolution importante, en terme de sécurité.

Plus sûre et infalsifiable, grâce à sa puce interne, cette nouvelle carte nationale d’identité électronique, ou CNIe, a fait son apparition hier. Ensuite, à la fin du mois, les autorités la déploieront en Seine-Maritime et à La Réunion. Puis, fin juin, les dernières régions françaises prévues, l’Occitanie, l’Auvergne-Rhône-Alpes, la région PACA et la Corse, l’accueilleront. En principe, son usage devrait s’être généralisé sur tout le territoire dès le 2 août prochain. Ce justificatif de la taille d’une carte de crédit sera valable dix ans. Alors que la durée des cartes actuelles est de quinze ans.

Carte nationale d’identité électronique : des informations mieux protégées

Dès à présent, ce nouveau justificatif contient des données personnelles essentielles. Nommées Titres Electroniques Sécurisés. Principalement, ce sont des informations biométriques numérisées. A savoir, une photo au format portrait et des empreintes digitales. De plus, cette carte CNIe présente un cachet électronique visible, signé par le titulaire. Celui-ci garantit l’authenticité de ce titre d’identité. Sur ce cachet, on peut lire le premier prénom de la personne, son nom de famille, sa nationalité, son sexe, sa nationalité, et son lieu de naissance ainsi que sa date. Enfin, on y voit aussi le numéro de ce titre et la date à laquelle il a été émis.

Des améliorations prévues

Précédemment, la CNIL avait déjà signalé que les pays membres de l’Union européenne n’utilisaient toujours pas de base de données commune. Notamment, en terme d’empreintes digitales ou de données biométriques. Or, ces informations individuelles permettent de lutter plus efficacement contre les fraudes et les usurpations d’identité. Bientôt, cette carence devrait disparaître, grâce à la création d’une base de données centralisée, accessible à tous les pays de l’Union. Evidemment, ce progrès s’appuiera sur la nouvelle carte nationale d’identité électronique. De plus, la conservation sécurisée des données enregistrées devrait rapidement s’améliorer. Notamment, afin de renforcer la sécurité des identifiants couramment utilisés lors des transactions sur Internet.

Un changement gratuit et facultatif envisagé pour la Carte nationale d’identité électronique

Pour ne rien brusquer, les cartes d’identité en cours resteront valides jusqu’à leur date de péremption. Ensuite, les citoyens pourront demander une nouvelle carte nationale d’identité électronique. Celle-ci sera gratuite et facultative. Comme l’a annoncé Marlène Schiappa, ministre déléguée chargée de la Citoyenneté. Ainsi, ce nouveau titre d’identité permettra « […] de voyager dans le cadre de l’Union européenne sans passeport. » Par ailleurs, grâce à sa puce, « […] son renouvellement en cas de perte ou de vol sera simplifié. » Cette évolution de la carte d’identité classique constitue un progrès technique majeur. Elle fait partie du contrat passé entre l’Etat français et le secteur des industries de la sécurité.