Le budget chauffage des ménages constitue pour eux une dépense lourde

Budget chauffage des ménages : une dépense qui pèse lourd

17923

Budget chauffage des ménages : une moyenne élevée

 

En 2020, selon plusieurs études énergétiques, le budget chauffage des ménages a atteint dans de nombreux foyers une facture mensuelle de plus d’un SMIC brut. Soit, environ 1.700 euros.

 

Un budget prioritaire

Le budget chauffage des ménages représente pour eux un poste de dépense très élevé.

Le budget chauffage des ménages représente pour eux un poste de dépense très élevé.

D’après diverses analyses, l’année dernière, le budget chauffage des ménages a fréquemment atteint 1.684 euros. Soit, pour les foyers modestes, plus d’un mois de salaire brut. S’ils étaient payés au SMIC. En effet, en 2020, le montant du salaire minimum était de 1.696 euros. Par conséquent, la facture moyenne des Français pour se chauffer constitue pour eux un budget très important. Qui pèse beaucoup sur leur pouvoir d’achat. Alors qu’actuellement, il est souvent fragilisé par la crise sanitaire. De plus, dans les prochaines années, les particuliers doivent s’attendre à de futures augmentations du prix de l’électricité. Notamment, à cause du volume croissant des factures impayées.

Des systèmes de chauffage inégaux

Toutefois, pour analyser équitablement le budget chauffage des ménages, il convient de faire des catégories. En différenciant les plus ou moins mal lotis. En effet, pour les foyers qui se chauffent au fioul, qui sont aujourd’hui 3,5 millions, la dépense mensuelle atteint un montant encore supérieur. Avec une moyenne d’environ 2.100 euros ! Soit une différence de 330 euros supplémentaires. Comparée aux ménages qui se chauffent à l’électricité. Par conséquent, cette disparité importante est à prendre en compte. Notamment, lorsque l’on sait que les ménages qui bénéficient d’un chauffage au gaz ne dépensent en moyenne que 1.370 euros. Les championnes des économies étant les familles qui ont choisi de se chauffer au bois. Avec une facture mensuelle qui ne dépasse pas les 1.150 euros.

Des paramètres variables

De plus, dans ces estimations, il faut aussi intégrer des paramètres variables. Entre autres, la taille des habitations concernées. Cela explique en partie les sommets atteints par les dépenses engendrées par le chauffage au fioul. Qui concerne en général des habitats plus vastes. D’une surface moyenne de plus de 140 mètres carrés. Soit environ trente mètres carrés de plus que les logements chauffés à l’électricité. Au final, pour une surface identique, cette donnée rend l’électricité plus chère. Avec 16 euros dépensés par mètre carré chauffé. Contre juste 15 euros avec le fioul. Enfin, le gaz reste de toute façon le plus économique. Avec seulement 11 euros par mètre carré.

De nombreuses aides possibles

De fait, ce constat économique explique le financement proposé depuis peu par l’Etat, pour remplacer toutes les chaudières au fioul. Cela, en dehors de tout souci écologique. En parallèle, des travaux de rénovation bien ciblés peuvent aussi permettre de beaucoup réduire les factures de chauffage. Notamment, pour tous les propriétaires. Par exemple, grâce à la subvention MaPrimeRénov’. Par ailleurs, pour les ménages modestes, des primes gouvernementales, ou encore des aides des collectivités locales, peuvent également permettre d’accéder à d’autres subventions. Parfois, celles-ci s’élèvent jusqu’à 90 % du montant des travaux nécessaires. Souvent, cela permet aux ménages volontaires de ne verser aucune avance. De plus, leur remboursement peut avoir lieu sous forme d’annuités. Dont les montants sont fixés à partir des économies réalisées. Ainsi, le budget chauffage des ménages se retrouve considérablement allégé.