DERNIERES INFORMATIONS
Search
Baisse des droits de mutation

Baisse des droits de mutation : Impact sur les finances des collectivités locales

544

Baisse des droits de mutation. En France, le marché immobilier joue un rôle essentiel dans les finances des collectivités locales. Un élément clé de cette interaction est les droits de mutation à titre onéreux (DMTO). Pourtant, la crise du logement actuelle, conjuguée à d’autres facteurs économiques, menace cette source vitale de revenus. Les acheteurs et les professionnels de l’immobilier ressentent directement ces effets.

Cependant, les collectivités locales, en particulier les départements, pourraient se retrouver dans une situation financière précaire. Loïc CANTIN, président de la FNAIM, met en lumière cette problématique.

Baisse des droits de mutation. Les DMTO : Une source cruciale de financement

Baisse des droits de mutationLe marché immobilier, un acteur vital de notre économie, influence directement les finances locales. Or, une ombre se profile : la baisse des droits de mutation. Chaque vente immobilière génère ces droits. Mais voilà, la crise du logement menace. Elle perturbe les ventes et, par ricochet, les recettes des collectivités. Et les chiffres?

Ils ne mentent pas. En 2023, une baisse notable se dessine. Les conséquences? Les départements, qui récoltent une large part de ces droits, risquent le plus. Dans ce contexte, les communes, EPCI et régions aussi doivent s’adapter. Il est temps de sonner l’alarme et de se préparer.

Chaque transaction immobilière donne lieu à des DMTO, dont une part importante va aux départements (71 %). Les communes, les EPCI et les régions se partagent le reste. Avec la baisse des volumes de ventes et une diminution probable des prix, les recettes s’amenuisent.

2023 : une baisse notable. Une diminution alarmante

Les prévisions indiquent une réduction de 23 % des DMTO en 2023, due à une chute des ventes de 18 % et une baisse des prix de 5 %. Cette tendance a débuté en 2022, lorsque les taux d’intérêt ont augmenté et que le taux d’usure est resté bas, ralentissant le marché immobilier.

Baisse des droits de mutation. Conséquences pour les finances locales  

Baisse des droits de mutationMalgré le contexte, la hausse des prix a soutenu les DMTO en 2022. Cependant, si ces prévisions se confirment, 2023 verra des revenus proches de ceux de 2019 et 2020. Cette baisse intervient à un moment difficile pour les collectivités, déjà confrontées à des dépenses croissantes en raison de l’inflation et des coûts énergétiques.

L’avenir des collectivités locales. Espérances et réalités

Après deux années record en 2021 et 2022, cette baisse de revenus est préoccupante. Il est impératif que les collectivités aient économisé pendant ces années prospères. La question demeure : comment géreront-elles cette baisse de revenus? Augmenteront-elles d’autres taxes pour compenser?

Baisse des droits de mutation crée une inquiétude légitime.

Baisse des droits de mutation

Face à la tempête annoncée, l’avenir des finances locales semble incertain. La baisse des ventes immobilières et des droits de mutation qui en découlent crée une inquiétude légitime. Nos collectivités, pilier de notre vie quotidienne, doivent trouver des solutions. C’est plus qu’une simple question d’argent. Il s’agit de la qualité de vie, des services rendus à la population.

Alors, se tourneront-elles vers d’autres sources de revenus ? Ou trouveront-elles des moyens innovants pour compenser cette perte? Seul l’avenir nous le dira. Mais une chose est sûre : la vigilance et l’adaptation seront nos meilleurs alliés.



Avatar photo

Née le 16 Janvier 1982, Laurence Laporte fait ses études à l'Institut d'études politiques puis au Centre de formation des journalistes (CFJ) à Paris, elle exerce son métier dans divers journaux à gros tirage, puis en, en 2019 elle devient éditorialiste au "Bulletin des Communes" et se consacre entièrement à l'écriture.