Avancement des prestations sociales : une décision motivée par la crise

11369

Avancement des prestations sociales : une décision sociale

En raison des circonstances exceptionnelles dues à l’épidémie actuelle, un avancement des prestations sociales a été décidé par l’exécutif. Ainsi, Gérald Darmanin a choisi de les faire verser dès le début d’avril. Soit, en moyenne, avec trois jours d’avance.

Une enveloppe de cinq milliards d’euros

Le Gouvernement a donc décidé de faire bénéficier les foyers les moins favorisés d’un avancement des prestations sociales. De fait, habituellement, elles sont versées quelques jours plus tard. Seront principalement concernés les APL, le RSA et l’AAH (Allocation Adulte Handicapé). En tout, cela représentera une enveloppe globale d’allocations d’un montant de cinq milliards d’euros.

Une promesse tenue

Ce choix fait au sommet de l’Etat est au diapason de l’engagement pris, d’aider « Quoi qu’il en coûte » les Français dans le besoin. Une promesse faite récemment par le Président de la République, dès l’aggravation de la crise sanitaire. Avec cet avancement des prestations, cette promesse sera effectivement tenue. Ainsi, les entreprises mises en difficulté et les salariés contraints au chômage partiel ne seront pas les seuls à profiter d’un coup de pouce de l’État.

Une anticipation utile

L’avancement des prestations versées aux foyers démunis démontre l’implication de l’exécutif.

L’avancement des prestations versées aux foyers démunis démontre l’implication de l’exécutif.

De fait, dès le début du mois d’avril, pour pouvoir mieux affronter de probables problèmes de trésorerie, cette aide financière anticipée sera sans doute très utile. De cette manière, la solidarité nationale compensera en partie la baisse de l’activité économique du pays. Et les nombreux jours de confinement forcé. Normalement, ces différentes aides n’auraient pas dû être versées avant le 6 avril prochain. Or, pour certaines familles, trois jours d’avance peuvent parfois entraîner des améliorations fondamentales.

Pour les foyers les plus précaires

Ce geste est en accord avec les nombreuses annonces faites à l’attention des différents couches sociales impactées par la pandémie en cours. Mais cette fois, cette initiative s’adresse directement aux foyers les plus précaires. Notamment, aux chômeurs en fin de droits. Ainsi, ces derniers vont pouvoir compter sur l’Assurance chômage pendant un mois supplémentaire. En pratique, pour mettre en place cet avancement des prestations sociales, les caisses d’allocation familiales devraient envoyer plus tôt les ordres de virements. Ainsi, dès le vendredi 3 avril, l’argent devrait normalement être crédité. Donc, être réellement disponible dès le lundi suivant.