Analyse de la panne des numéros d’urgence : un dysfonctionnement qui ne doit plus avoir lieu

2155

L’analyse de la panne des numéros d’urgence survenue le 2 juin dernier a été rendue. Dernièrement, la mission de contrôle du Sénat a de nouveau étudié l’incident survenu le 2 juin dernier. Elle a eu lieu de façon conjointe à cinq de ses commissions permanentes. Celle-ci a mis à jour une trop grande vétusté du Réseau Téléphonique Commuté actuel.

Une modernisation urgente nécessaire

La panne des numéros d’urgence survenue en juin dernier a révélé qu'une modernisation de ce dispositif devenait urgente.

La panne des numéros d’urgence survenue en juin dernier a révélé qu’une modernisation de ce dispositif devenait urgente.

Le 2 juin 2021, un problème logiciel survenu sur le réseau de l’opérateur Orange a rendu tous les numéros d’appels d’urgence inaccessibles pendant plusieurs heures. Ce qui a affecté treize numéros d’appels à deux chiffres. Au final, cette panne majeure a entraîné le blocage d’environ 10.000 communications d’urgence.

De plus, cette défaillance technique a provoqué la mort d’au moins quatre personnes. Les rapporteurs du Sénat ont observé que la transmission de ces appels s’effectue encore aujourd’hui par le biais d’une ancienne technologie. Ce qui confirme les conclusions d’un récent rapport de l’ANSSI. Celui-ci fait apparaître que 85 % des numéros d’urgence à dix chiffres transitent aujourd’hui par des centres toujours raccordés au Réseau Téléphonique Commuté. Autrement dit, via une technologie qui utilise des fils de cuivre, beaucoup moins fiable que la fibre optique. D’ailleurs, cette technologie devrait disparaître d’ici 2030. Une modernisation urgente est donc nécessaire.

Bilan de l’analyse de la panne des numéros d’urgence : des évolutions attendues

Pour le moment, le Gouvernement continue de confier la gestion du service universel des communications électroniques à Orange. Cependant, à l’avenir, cette situation devrait évoluer car le Sénat vient d’approuver les conclusions de l’ANSSI, datant de juillet dernier. En effet, l’Agence avait déjà recommandé qu’une supervision technique spécifique aux appels d’urgence soit mise en place. Dans le but de garantir la sécurité de leurs transmissions. Cela, afin que la panne du 2 juin ne se reproduise plus. Par ailleurs, le recours au Système d’Alerte et d’Information des Populations devrait aussi s’améliorer. De façon à offrir une alternative en cas de panne des numéros d’urgence. Ce qui éviterait une mise hors service accidentelle de ces numéros, pendant une longue durée.

A ce sujet, il faut rappeler qu’Orange avait mis quatre heures à contacter un autre opérateur pour l’aider à réparer son dysfonctionnement. Enfin, la mission du Sénat a conclu que l’usage des SMS, de numéros de contournement ou d’Internet pourra aussi offrir des solutions de secours très utiles.



Né à Paris le 12 Décembre 1981, Pierre Baron est un journaliste français. En 1999, à tout juste 19 ans, il débute une carrière de journaliste à News-York sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2005 à 2010. On le voit ensuite sur iTélé, entre 2011 et 2017 date à laquelle il intègre la rédaction du Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique NTIC.