DERNIERES INFORMATIONS
Search
Depuis trois ans, les agressions violentes dans les campagnes sont en hausse. Un phénomène jugé inquiétant par les forces de l'ordre.

Agressions violentes dans les campagnes : une hausse inquiétante

25138

Aujourd’hui, alors qu’on les croyait réservées aux grandes villes, les agressions violentes dans les campagnes sont en train de nettement augmenter. En fait, en milieu rural, cette nouvelle forme de délinquance plus dure est en train de rattraper et même de dépasser les agressions propres au milieu urbain.

La montée d’une violence rurale

Depuis trois ans, les agressions violentes dans les campagnes sont en hausse. Un phénomène jugé inquiétant par les forces de l'ordre.

Depuis trois ans, les agressions violentes dans les campagnes sont en hausse. Un phénomène jugé inquiétant par les forces de l’ordre.

Depuis environ trois ans, les forces de l’ordre observent que les faits de délinquance avec violences physiques s’installent dans les campagnes. Tout comme dans les zones périurbaines. Faisant ainsi basculer certains lieux dans une insécurité jusqu’alors inconnue. Ainsi, le milieu rural subit de plus en plus d’incidents qui impliquent des coups et des blessures volontaires.

Ces délits approchant globalement en douze mois les 10 % supplémentaires, sur l’ensemble du territoire, depuis l’année dernière. Un taux supérieur à celui relevé en zone urbaine, où ce type d’agressions demeure stable. Pour preuve, un département comme La Meuse, à Bar-le-Duc, a subi dernièrement une hausse de 35 % d’incidents violents. Idem en Occitanie, dans laquelle le Tarn, jadis réputé pour sa tranquillité, a été touché par une augmentation quasi similaire. Ou encore dans le Gers, qui a aussi enregistré une montée de délits violents proche des 25 %. Heureusement, à l’inverse, dans le Cher, une baisse de plus de 11 % a été constatée. Mais c’est une exception.

Une baisse des vols crapuleux

En résumé, ce phénomène inquiétant est en train de supplanter progressivement les vols crapuleux. Ces derniers ayant au moins le mérite, traditionnellement, de ne pas s’accompagner de violences. Mais ça, comme le révèlent les policiers et les gendarmes qui sont sur le terrain, « c’était avant ». Désormais, ils constatent que les coups et les blessures volontaires ont une dangereuse tendance à se banaliser. Et qu’ils ne sont en tous cas plus le triste privilège des cités dites « à problèmes ».

Le rôle déterminant des confinements dans les agressions violentes dans les campagnes

Parmi les causes avancées pour expliquer ce durcissement dans la forme des délits, il faut citer en priorité les confinements successifs. En effet, on a observé avec certitude que les limitations de circuler ont entraîné une flambée des incidents violents au sein du cercle familial. Pour preuve, le volume des plaintes déposées dans ce domaine a beaucoup gonflé. Selon les spécialistes habitués à analyser la délinquance dans l’Hexagone, dont les psychologues, cette situation sociale inédite a beaucoup peser sur l’aggravation des violences physiques. Au point de fausser l’appréciation sur la montée réelle des agressions violentes dans les campagnes.