Des trains à hydrogène seront bientôt testés en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Trains à hydrogène : un futur espoir pour les petites lignes

18826

Bientôt, la région Auvergne-Rhône-Alpes devrait faire circuler sur son réseau ferroviaire des trains à hydrogène. D’abord, en mettant en service trois nouvelles rames, récemment commandées au constructeur Alstom. Ainsi, un premier test devrait avoir lieu dans deux ans, sur la ligne qui relie Clermont-Ferrand et Lyon.

Un essai précurseur

"<yoastmark

Bientôt, parmi les régions qui ont fait le choix de s’équiper en trains à hydrogène, l’Auvergne-Rhône-Alpes sera sans doute l’une des premières en France à bénéficier de cette technologie sur son territoire. Ainsi, Laurent Wauquiez, son Président, a annoncé leur mise en service dès 2023. Pour l’heure, la collectivité a déjà commandé trois nouvelles rames au constructeur Alstom. Cela, pour un montant global de 52 millions d’euros. Techniquement, la propulsion de ces trains sera basée sur un mélange d’électricité et d’hydrogène.

Dans un premier temps, la mise en service qui permettra l’inauguration de ces nouveaux trains devrait desservir la ligne non-électrifiée entre Lyon et Clermont-Ferrand. Notamment, parce qu’elle constitue l’un des trajets les plus consommateurs en carburant de cette région. En autres, à cause d’un long parcours montagneux qui passe par les monts du Forez. Dont la hauteur atteint près de 1.000 mètres. Assurément, les résultats de ce premier test intéresseront beaucoup Martine Guibert, la Vice-présidente du Conseil régional responsable des Transports.

Les trains à hydrogène, une technologie d’avenir ?

Par la suite, si cet essai se révélait concluant, l’usage de ces trains d’un nouveau type devrait s’étendre à d’autres lignes régionales non-électrifiées. En priorité, en remplacement des trains fonctionnant au diesel qui roulent sur des itinéraires pas encore électrifiés. Et qui comportent en plus des tracés accidentés, avec des tronçons situés en altitude. Ainsi, les trains à hydrogène pourraient aider à rétablir certaines petits lignes en Auvergne. Aujourd’hui fermées pour manque de rentabilité et un nombre très limité de voyageurs. Au total, ce type de réseau ferroviaire local représente environ 500 kilomètres, que l’Etat et la région souhaitent désormais relancer. Grâce à un budget de 130 millions d’euros, inclus dans un Plan de relance ferroviaire récemment annoncé. Celui-ci étant réparti sur deux ans, à part égale entre la région Auvergne-Rhône-Alpes et l’Etat.