DERNIERES INFORMATIONS
Search
un immeubles aux toits végétalisés

Toitures végétalisées

4790

L’impact des toitures végétalisées !

L’agence régionale pour la biodiversité et l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France ont lancé une étude inédite sur la végétalisation des toitures en zone urbaine. Les résultats sont surprenants.

La végétalisation des toits

Une toiture végétalisée est une toiture aménagée recouverte de végétation. Le végétal est alors une alternative à des matériaux couramment utilisés comme les tuiles ou le bois. Ce type de toiture s’est développé ces dernières années dans le cadre des politiques de restauration et de protection de la biodiversité  en milieu urbain. Les toitures végétalisées jouent un rôle important dans l’atténuation des îlots de chaleur et dans la qualité de l’air. Cette technique innovante est aujourd’hui parfaitement au point et ne provoque pas d’altération du bâtiment. Elle s’inscrit dans une démarche HQE grâce à son action en faveur de l’énergie, du cycle de l’eau, du confort thermo-hygrométrique ou de la biodiversité urbaine.

Végétalisation des toits : une étude unique

Une étude a été lancée sur l’impact réel de la végétalisation des toits de Paris. Elle a duré trois ans et a porté sur une trentaine de toits végétalisés situées en zone urbaine dense. Il s’agit de mesurer les effets sur la biodiversité ainsi que la qualité des services rendus par ces toits. Les résultats de cette étude ont mis en évidence l’apparition d’un nouvel écosystème avec des espèces adaptés aux conditions de sécheresse et d’ensoleillement. La grande richesse de la faune et de la flore locales permet une meilleure pollinisation par les abeilles. Ces toits végétalisés stockent également davantage d’eau. Les enjeux de cette étude sont importants. Ainsi la ville de Paris s’est fixé pour objectif d’atteindre les 100 hectares de façades et toitures végétalisées d’ici à 2020.

Végétalisation : de grands espoirs

La végétalisation et le verdissement sont devenus une évidence pour beaucoup d’urbanistes.

L’étude  doit encore durer un an. Les scientifiques veulent évaluer le potentiel de rafraichissement des toits végétalisés. Des mesures d’évapotranspiration des plantes sont en cours. L’objectif est de mieux connaitre les possibilités de stockage de carbone et d’action sur la biodiversité. La mise en place de toitures végétalisées présente un certain nombre d’avantages et certains sont d’utilité publique. Les intérêts écologiques sont nombreux. Elles contribuent à dépolluer l’air urbain et à diminuer le taux de CO2. Elles ont des effets bénéfiques sur le climat, l’hygrométrie et plus largement sur la biodiversité. Enfin, elles ont un rôle important de lutte contre la chaleur. Tous ces effets vont donc être analysés et mesurés. La végétalisation et le verdissement sont devenus une évidence pour beaucoup d’urbanistes. Les nouveaux projets d’architecture pourront s’inspirer de cette étude en connaissant et maîtrisant l’impact réel de la végétalisation des toits. 

  • Sur ce sujet, le Bulletin des Communes vous invite aussi à lire cet article


Avatar photo

Jean Jacques Alvo a découvert sa vocation pour le journalisme après un séjour formateur de deux ans aux États-Unis. Il débute sa carrière dans la presse écrite, où il acquiert une solide expérience. En 2001, il accède à une position de premier plan en prenant la direction de la rédaction du Bulletin des communes. Sous son impulsion, il redéfinit la ligne éditoriale du bulletin pour mieux répondre aux besoins des élus, ainsi qu'à ceux des cadres et agents des collectivités locales et territoriales. Il réalise des articles de fond et des interviews de terrain afin de remonter à l'échelon national les bonnes pratiques locales, pouvant apporter une aide précieuse à la prise de décision pour d'autres élus confrontés aux mêmes défis sur leur territoire.