La sécurité de Zoom va beaucoup s'améliorer.

Sécurité de Zoom : la version gratuite du service sera moins protégée

13694

Sécurité de Zoom : seule la version payante chiffrera les conversations

 

Fort de sa fulgurante réussite, Zoom vient d’annoncer une amélioration de taille : le prochain chiffrage intégral de ses visioconférences. Cependant, cette sécurité de Zoom ne sera pas accessible aux comptes gratuits, car l’entreprise veut continuer à travailler avec les forces de l’ordre.

 

La fin des incursion sauvages

Depuis le 1er avril, Zoom s’efforce de résoudre les problèmes qui entachent son énorme succès. En priorité, le Zoombombing, ces incursions sauvages et malfaisantes, destinées à polluer, voire interrompre, les échanges vidéo en cours. Pour réagir, le service américain a décidé de s’équiper d’un système de chiffrage dit « de bout en bout », baptisé le E2E. Cette sécurité de Zoom protégera plus efficacement ses visioconférences. Ainsi, ce nouveau standard de protection, plus élevé, interdira aux hackers de s’introduire brutalement dans les discussions. Pour se doter de cet outil numérique amélioré, Zoom a acheté la startup Keybase, spécialisée dans ce domaine.

Une frontière financière

Cependant, ce perfectionnement de la sécurité de Zoom ne sera pas accessible aux utilisateurs qui se servent de sa version gratuite. D’ailleurs, on observe que cette politique commerciale est aussi suivie par d’autres plateformes de visioconférences. Officiellement, la raison donnée sur cette limitation par Eric Yuan, le PDG de Zoom, est qu’il veut continuer à “[…] travailler avec le FBI […]”. Cela, au cas où « […] des personnes utiliseraient Zoom à mauvais escient. » En clair, Zoom veut désormais pouvoir bloquer toute tentative d’incursion dans son service.

Des échanges plus sûrs

"<yoastmark

Grâce à cette nouvelle sécurité de Zoom, le groupe va pouvoir garantir à sa clientèle d’entreprise, adepte des comptes payants, des Salles de réunions (terminologie adoptée par Zoom) beaucoup plus sûres. Sans pourtant oublier que les comptes gratuits ont énormément contribué à établir l’immense croissance du groupe. De fait, celui-ci peut maintenant revendiquer un volume moyen de 300 millions d’utilisateurs quotidiens. Parmi eux, une partie a accepté de payer un abonnement. Ce qui a quasiment doublé le chiffre d’affaires de l’entreprise, comparativement à l’année précédente, au cours du premier trimestre 2020. Pour encore renforcer la chasse aux hackers, Alex Stamos, spécialiste en sécurité numérique, a en plus révélé que l’équipe de surveillance de Zoom pouvait interférer dans toute discussion vidéo, si elle le juge nécessaire. Sans toutefois, n’effectuer aucun enregistrement selon lui.

Les usagers de comptes gratuits protégés malgré tout

Si les utilisateurs gratuits de Zoom n’auront pas accès à sa nouvelle protection, le chiffrement « de bout en bout », ils bénéficieront néanmoins d’un rempart relatif. En effet, le logiciel maison appliquera malgré tout un chiffrage des conversations. Ainsi, même en piratant le Wi-Fi ou le réseau de communication d’un usager, un hacker ne pourra pas entrer dans les conversations en cours. En tous cas, dorénavant, les cybercriminels auront nettement plus de difficultés avec la sécurité de Zoom ! Surtout s’ils s’attaquent aux comptes payants !



Journaliste spécialiste des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. Collaborateur permanent du Bulletin des Communes et chef de rubrique.


Laisser un commentaire