Le second tour des Municipales a été marqué par une poussée des écologistes.

Second tour des Municipales : une lassitude démocratique

14120

Second tour des Municipales : une participation historiquement faible

 

Hier, trois mois après une première phase très perturbée, le deuxième tour des Municipales a révélé un taux d’abstention particulièrement élevé. De l’ordre de 60 % ! Au-delà de circonstances inédites, dues à la crise sanitaire, ce manque de participation s’est accompagné d’une poussée écologiste sans précédent.

 

Une déferlante verte

Une déferlante verte

Dans un premier temps, malgré les contraintes créées par l’épidémie de coronavirus, le premier tour avait permis à 30.400 maires de se faire élire d’emblée. Cela, dans des communes de plus de mille habitants. Parmi ces élus, près de 19 % étaient des femmes. Néanmoins, cette première étape avait déjà été marquée par un pourcentage d’abstention de plus de 55 %. Soit, près de 20 % de plus qu’en 2014 ! Cependant, hier, le second tour des Municipales l’a dépassé.

A l’évidence, les votes de ce dimanche 28 juin ont affirmé une redistribution politique inattendue. En effet, ce scrutin a permis aux Verts de remporter des victoires dans des villes majeures. Où le succès écologiste, bien qu’attendu, a finalement surpris. Dans plus de la moitié des communes où ce second tour s’est déroulé, trois listes étaient en lice. Certes, la victoire d’Edouard Philippe au Havre a montré que des candidats Macronistes pouvaient gagner. Mais le taux d’abstention record enregistré lors de ces Municipales a symbolisé un désaveu de la politique gouvernementale.

Les choix des écologistes scrutés à la loupe

Le second tour des Municipales a montré un taux d'abstention record.

Le second tour des Municipales a montré un taux d’abstention record.

Après les nombreuses villes remportées par les Verts, et non des moindres – Lyon, Bordeaux, Marseille, Strasbourg – les décisions qui seront prises par Yannick Jadot, le leader d’Europe Ecologie Les Verts, seront sans doute analysées de très près. Notamment, pour vérifier comment les Verts gèrent concrètement, après leur envolée de ce second tour des Municipales, les difficultés de terrain. Pour Yannick Jadot, ces premiers pas à la tête de villes très importantes constitueront des tests grandeur nature pour les futures élections présidentielles de 2022. De fait, après ce ras-de-marée écologique dans l’ensemble du pays, le parti EELV va devoir faire ses preuves. Cela, au quotidien. Car cette fois, la ville Grenoble, gérée par Eric Piolle, ne fera plus figure d’exception sur le territoire.

Un tremplin pour un renforcement de la gauche

L’autre enjeu d’une politique où les Verts seront omniprésents est une opportunité pour la gauche de se renforcer. Après ce second tour, l’avenir montrera si elle saura saisir cette opportunité. Notamment, grâce à certaines unions dites « citoyennes ». Entre autres, à travers des accords passés avec des partis aussi divers que le Parti Socialiste, le Parti Communiste ou La France Insoumise. En tous cas, avec en plus la victoire à Perpignan de Louis Aliot, du Rassemblement National, dans une ville de plus de 100.000 habitants, ce cru des Municipales 2020 a réservé de nombreuses surprises.