La réouverture des parcs d’attractions s'effectuera le 19 mai, mais sans l'accès aux manèges.

Réouverture des parcs d’attractions : accessibles mais sans les manèges

21282

Jeudi dernier, Jean-Baptiste Lemoyne, le secrétaire d’État chargé du Tourisme, a annoncé à la presse la réouverture des parcs d’attractions. Cependant, leurs attractions devront rester fermées. Par conséquent, cette restriction va prolonger l’attente des professionnels des fêtes foraines. Alors qu’en Belgique, ce week-end, les espaces de loisirs vont rouvrir leurs portes. Apparemment, sans limitation particulière.

Une liberté restreinte

La réouverture des parcs d’attractions s'effectuera le 19 mai, mais sans pouvoir accéder aux manèges avant le 9 juin.

La réouverture des parcs d’attractions s’effectuera le 19 mai, mais sans pouvoir accéder aux manèges avant le 9 juin.

En France, tout comme les terrasses, les parcs d’attractions pourront à nouveau être accessibles au public le 19 mai prochain. Cependant, pour profiter de leurs attractions, il faudra attendre encore un peu. Ainsi, ce n’est que le 9 juin que l’on pourra y accéder. Notamment, pour faire un tour de manège. C’est ce que Jean-Baptiste Lemoyne a précisé ce jeudi sur la chaîne RMC. Cette limitation s’appliquera à tous les grands parcs à thèmes, tels que le Parc Astérix ou Disneyland. Dans un premier temps, seules certaines activités de plein-air, comme les visites des zoos, seront permises. Une mauvaises nouvelle pour les forains, qui devront ronger leur frein pendant trois semaines supplémentaires.

Une prudence qui passe mal

Cette restriction lors de la réouverture des parcs d’attractions, appliquée aux manèges, montre que le Gouvernement veut rester prudent. Comme l’a indiqué Jean-Baptiste Lemoyne. En déclarant « Il est important de rester vigilant. » Malgré tout, cette contrainte qui maintiendra les manèges à l’arrêt est mal perçue par les professionnels du secteur des parcs de loisirs. Pour preuve, ils ont récemment exprimé leur complète incompréhension. A l’image d’Arnaud Bennet, le Président du Syndicat National des Espaces de Loisirs, d’Attractions et Culturels. En effet, ils admettent mal que l’on puisse autoriser des rassemblements dans un zoo et pas dans des attractions. Elle-mêmes situées en plein air. A leur avis, cette mesure n’est pas rationnelle. En effet, ces professionnels expliquent qu’ils peuvent tout autant faire respecter la distanciation physique et le port du masque dans leurs manèges.

Des règles à préciser

Par ailleurs, les jauges maximales que les parcs de loisirs devront respecter lors de la réouverture des parcs d’attractions n’ont pas encore été fixées. Ainsi, on parle à ce jour de 5.000 visiteurs. Cela, quelle que soit la superficie des espaces concernés. De même, la question du Pass sanitaire reste encore en suspens. Il s’agit là d’un point important, car une grande partie des visiteurs seront forcément des jeunes. Or, ils n’ont pas encore eu accès aux vaccins.