Bientôt, la règle des cent kilomètres à partir du domicile devra s'appliquer.

Règle des cent kilomètres : des inégalités flagrantes

13106

Règle des cent kilomètres : un déconfinement à géométrie variable

A partir du 11 mai, les Français devront justifier leurs déplacements, si leurs trajets dépassent la règle des cent kilomètres de rayon. Celui-ci doit se calculer à partir du domicile. Mais quand on l’analyse, cette nouvelle limitation se révèle très inégale. Suivant l’endroit où l’on vit. En effet, si l’on habite près d’une frontière, de la mer, ou dans une région montagneuse, le périmètre autorisé se réduira. A l’inverse, il peut aussi quasiment doubler.

Un périmètre à respecter

Dès le 11 mai, une deuxième phase des limitations de déplacements, dictées par des précautions sanitaires, s’enclenchera. Ainsi, les Français devront respecter la règle des cent kilomètres. Normalement, ce périmètre imposé autour du domicile doit permettre d’effectuer de très nombreux trajets, professionnels et privés. Par ailleurs, il aidera à rétablir beaucoup de liens familiaux. Cependant, dans certains cas, cette limite sera insuffisante. Par conséquent, il faudra justifier les motifs des déplacements plus importants. D’autant plus que Christophe Castaner a récemment précisé que le meilleure option pour combattre le Covid-19 était de « […] ne pas se déplacer ».

Pas d’assouplissements prévus

borne pour illustrer la règle des cent kilomètres

La règle des cent kilomètres à partir du domicile va favoriser certains Français.

Lorsqu’on demande au ministre de l’Intérieur s’il sera bientôt envisageable d’assouplir la règle des cent kilomètres dans les régions actuellement classées vertes, il répond fermement. En effet, il explique qu’une liberté plus grande aurait pour conséquence directe de transformer rapidement les régions épargnées en zones rouges. Par conséquent, les longues randonnées de loisir ne seront toujours pas permises. Néanmoins, lorsqu’on étudie de près les conséquences de cette règle des cent kilomètres, on s’aperçoit qu’elle impose des contraintes très élastiques. Cela, suivant l’endroit où l’on habite. De fait, pour certains Français, cette limitation entraînera des déplacements autorisés à géométrie très variable. Notamment, pour ceux qui résident localement dans des zones géographiques plus accidentées que d’autres.

Des calculs précis à faire

Clairement, pour savoir à quelle distance réelle on a droit, si l’on veut respecter la règle des cent kilomètres, il faut tenir compte d’un paramètre déterminant. A savoir, celui d’un calcul fait par la route et celui fait à vol d’oiseau. En effet, les résultats diffèrent. Car si l’on vit dans une zone de plaines, au milieu des terres, on pourra aller plus loin qu’une personne qui vit dans une région très montagneuse. Par exemple, les Alpes. Même constat pour ceux qui séjournent à proximité de la mer ou d’une frontière Schengen, actuellement fermée. Surtout s’ils résident près de l’Italie ou de l’Espagne. De fait, cette donnée géographique, très variable, engendrera forcément des inégalités. Par conséquent, avant de partir, calculer le kilométrage précis d’un itinéraire est vivement conseillé. Pour cela, il suffit d’utiliser les nombreux logiciels gratuits, disponibles sur Internet.




Laisser un commentaire