Un nouveau protocole sera bientôt imposé aux cantines scolaires

Protocole des cantines scolaires : de nouvelles règles

18585

Protocole des cantines scolaires : un durcissement

 

Bientôt, un protocole sanitaire plus dur s'appliquera dans les cantines scolaires.

Bientôt, un protocole sanitaire plus dur s’appliquera dans les cantines scolaires.

Suite à un décret du 28 janvier, le protocole des cantines scolaires va se durcir. Désormais, pour bien comprendre les nouvelles attentes du ministère de l’Éducation nationale, pour limiter les contaminations des élèves, certains points sont à préciser.

 

De nouvelles obligations

Par principe, ce nouveau protocole des cantines scolaires s’explique par l’évolution épidémique actuelle. Ainsi, il concerne l’ensemble de la restauration collective. Surtout, depuis la récente apparition des variants du virus. De fait, le site du ministère de l’Education précise que ces nouvelles obligations devront se mettre en place au plus tard le 8 février. Notamment, le port obligatoire du masque grand public de catégorie 1. Cela, par tous les personnels enseignants comme par les élèves. Dans les écoles élémentaires, collèges et lycées. Désormais, cette nouvelle disposition interdira donc l’usage de masques dits artisanaux. De plus, les élèves devront porter leur masque en permanence. Même à la cantine, lorsqu’ils ne consomment rien.

Cas contact

Pour l’instant, en matière de cas contact, le protocole des cantines scolaires en école élémentaire reste le même. Ainsi que dans les établissements du second degré. Par exemple, pour qu’un élève ou un membre du personnel d’une classe soit considéré comme cas contact, il faut que trois élèves d’une même classe et d’une fratrie différente reçoivent un diagnostic positif. Cependant, en école maternelle, la détection d’un seul enfant positif suffira à considérer tous les élèves de sa classe comme cas contact. Donc, à risque. Notamment, parce qu’à ces âges, les enfants ne sont pas contraints de porter un masque. Dans ce cas, ce constat entraînera la fermeture de la classe. Mais en aucun cas de l’école. Par ailleurs, si l’on identifie un variant du virus dans un établissement, la classe concernée sera aussi fermée.

Distance physique de deux mètres

Par ailleurs, il faut préciser que la nouvelle norme d’une distance de deux mètres entre les groupes de quatre personnes qui mangent ensemble ne concerne pas les cantines scolaires. En effet, cette attente est d’abord prévue pour les restaurants d’entreprise. En revanche, le protocole des cantines scolaires prévoit que « […] les élèves d’une même classe déjeunent ensemble, en maintenant une distanciation d’au moins deux mètres avec ceux des autres classes. » Par conséquent, cette obligation de distanciation physique étendue ne s’appliquera pas entre des élèves qui déjeunent à la même table. De fait, ils devront juste s’efforcer de respecter une distance la plus grande possible. Mais sans que cela soit obligatoire. Tout en tenant compte des capacités d’accueil du lieu où ils se trouvent. Celles-ci variant beaucoup selon les communes.

Pour les établissements exigus

En cas d’impossibilité d’application, les établissements trop exigus pourront éventuellement utiliser d’autres « […] espaces que les locaux habituellement dédiés à la restauration ». Par exemple, des gymnases. Enfin, afin de limiter le plus possible les contacts entre élèves, les établissements pourront aussi proposer des repas à emporter. Cependant, en veillant à alterner des plats chauds et froids.



Thierry Dulac

Né à Blois le 22 novembre 1972, Thierry Dulac est un journaliste français. À tout juste 21 ans, il débute une carrière de journaliste à Londres sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2006 à 2009. On le voit ensuite sur iTélé, ancêtre de CNews, entre 2009 et 2011 date à laquelle il intègre le Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique Environnement.