L'augmentation des déserts médicaux en France devient alarmante

Progression des déserts médicaux : le constat des Maires de France

17480

Progression des déserts médicaux : une situation problématique

 

En France, la progression des déserts médicaux est devenue évidente. Un bilan alarmant, que l’Association des Maires de France tient aujourd’hui à signaler. D’ailleurs, la Mutualité Française confirme également ce constat social. Dans un communiqué qu’elle vient de publier ce 8 décembre.

 

Des zones dépourvues

un enfant et un dentiste contre une évolution des déserts médicaux

L’évolution des déserts médicaux devient une situation problématique dans de nombreuses régions.

Suite à une étude menée en partenariat avec la Mutualité Française, l’Association des Maires de France signalait qu’en 2018 plus de 11 % des citoyens habitaient dans une zone problématique. Où trouver un médecin généraliste était devenu compliqué. Ce qui rendait difficile l’accès aux soins pour environ 7,4 millions de personnes. Or, deux ans auparavant, l’Association estimait que seulement 5,7 millions d’habitants subissaient cette difficulté. Soit, 8,6 % de la population. Ainsi, l’avancée des déserts médicaux a touché 1,7 million supplémentaire de citoyens en deux ans. Parmi les départements concernés, l’Yonne, Le Cher et la Nièvre sont les plus affectés. De fait, pour leurs habitants, consulter un médecin généraliste est devenu une démarche compliquée.

Un net déséquilibre territorial

Séverine Salgado, Directrice du pôle Santé de la Mutualité Française, a signalé ce déséquilibre inquiétant de l’offre de Santé. Ainsi, elle a déclaré que la couverture médicale était «  […] mal répartie sur le territoire ». Mais en plus, celle-ci a tendance à « […] se rétracter inexorablement ». L’année dernière, on savait, grâce au baromètre de cet organisme, que la moyenne des médecins généralistes pour 100.000 habitants était d’environ 150. Cependant, avec une répartition inégale. En fonction des territoires. En effet, par exemple, cette moyenne pouvait se limiter à 96 en Seine-et-Marne. Alors qu’en comparaison, elle atteignait 252 à Paris.

Une situation préoccupante

Actuellement, la progression des déserts médicaux est en train de s’accentuer. Cela, en raison de l’augmentation de l’âge moyen des médecins. Ainsi, en 2019, un médecin généraliste sur trois avait dépassé 60 ans. De plus, cette situation se dégrade encore, à cause de l’augmentation des demandes de soins. Due au vieillissement actuel de la population. Surtout en Île-de-France et dans la région Centre. Par conséquent, en additionnant ces deux paramètres, l’accès aux soins devient de plus en plus problématique pour de nombreux citoyens. Une situation qui inquiète particulièrement l’Association des Maires de France.

Des solutions urgentes à activer

Pour limiter la progression des déserts médicaux, l’Association des Maires de France a néanmoins signalé quelques initiatives locales positives. Notamment, grâce à la mise en place active d’internes en fin d’études. Ou encore le retour à l’emploi de médecins récemment retraités. Ces solutions d’urgence ont permis, entre autres à Laval, en Mayenne, de rétablir un bon accès aux soins de proximité. Néanmoins, malgré ces initiatives, très temporaires, l’Association estime qu’il y a « […] urgence à agir ». Ainsi, lors d’une récente conférence de presse, François Baroin, Président de l’Association des Maires de France, a réclamé la mise en place d’un « big bang médical territorial ». Afin que les maires et les intercommunalités puissent enfin financer décemment leurs médecins généralistes et hospitaliers.