Ponts : des coûts majeurs en perspective

 

Ponts sur le Tarn

Ponts sur le Tarn

Depuis la récente tragédie de Gênes, l’état des ponts français nous préoccupe plus. En effet, nombre d’entre eux commencent à vieillir, car ils ont souvent été construits après-guerre. De plus, ils ne sont pas toujours bien entretenus, car cela coûte cher. Certains, vu leur âge, vont même atteindre bientôt un âge critique. Ils vont donc nécessiter des travaux impératifs, afin de garantir à nouveau une sécurité satisfaisante.

 

Le pont de Mantes par Corot

Le pont de Mantes peint par Corot

Ponts : un état des lieux préoccupant

D’après les chiffres donnés par le Centre d’Études et d’Expertise sur les Risques, l’Environnement, la Mobilité et l’Aménagement (CEREMA), l’ensemble des ponts français s’élève environ à 240.000. L’entretien de ces ponts est sous la responsabilité des collectivités locales. Parmi tous ces ouvrages, 140.000 sont placés sur des routes départementales et 100.000 sur des routes communales. Le coût global pour inspecter un pont dans sa totalité est en moyenne de 40.000 euros. Cela comprend une vérification effectuée sous l’eau, pour contrôler l’état de ses assises et de ses piliers.

Ponts : de vrais risques potentiels

Parmi tous ces ouvrages, parfois très anciens, certains comportent des fissures alarmantes. Après avoir été contrôlées par des ingénieurs, ces dégradations peuvent motiver des interdictions de circuler pour les véhicules jugés trop lourds (camions, autocars). Ils ne peuvent alors plus rouler sur ce pont, ce qui pose problème. Par ailleurs, l’usure normale de ces édifices risque encore de s’aggraver en raison d’un probable changement climatique.

Ponts : le spectre italien

Alors que la récente catastrophe de Gênes, en Italie, survenue le 14 août, est encore présente dans toutes les mémoires, le risque d’un nouvel effondrement inquiète. On sait maintenant qu’un viaduc peut lâcher en un instant et provoquer de nombreux morts.

Ponts : un bilan sans appel

Après avoir effectué des contrôles dans 10 départements, la mission interministérielle chargée de superviser les dépenses de voirie en France a établi un bilan très préoccupant. En priorité, au sujet des ponts construits en béton précontraint. En effet, cette technique utilisant du béton armé avec des barres d’acier inquiète beaucoup les experts. Ce type de construction, utilisée dans les années 50 à 70, a déjà généré plusieurs soucis. Au point de faire naître de sérieuses craintes, seulement 25 ans après la mise en service de ces ouvrages particuliers.

Ponts : des contrôles devenus obligatoires

Le problème est que plus le pont est long, plus le danger qu’il représente est grand. Les viaducs qui ont été fabriqués en béton précontraint sont quelques dizaines sur le territoire. Ils sont tous étroitement surveillés. Certains ont même dû être déjà remplacés. Pour s’assurer que ces constructions tiendront, il faut impérativement vérifier l’état de corrosion de leur acier. Or le coût d’un seul diagnostic s’élève environ à 800.000 euros. Quand on sait que le département de l’Héraut, à lui seul, est traversé par 22 viaducs de ce type, on devine aisément les futurs frais à venir. Forcément, ils seront très importants, et évidemment, ils devront être supportés par les collectivités locales.

Sur ce sujet, le Bulletin des Communes vous invite à lire aussi, pour plus d’informations : Lire

Le Bulletin des Communes suggère également : Lire

Le Bulletin des Communes conseille aussi : Lire