La pollution près des écoles inquiètent fortement de nombreuses associations.

Pollution près des écoles : la qualité de l’air en question

8359

Pollution près des écoles : un problème à traiter en urgence

Dernièrement, à Paris, Lyon, Mulhouse et Bordeaux, diverses actions de blocage ont eu lieu dans les rues de ces grandes villes. Elles avaient toutes pour but d’interpeller les candidats qui se présentent aux Municipales. Ces manifestations dénonçaient une pollution près des écoles beaucoup trop élevée. Donc, dangereuse pour les enfants scolarisés dans certains établissements.

Des preuves d’inquiétude

Ces actions de sensibilisation concernant la pollution près des écoles ont regroupé à la fois des militants de la cause écologiste et des parents d’élèves. Mardi dernier dans la Capitale, à proximité d’une école du 4ème Arrondissement, un blocage s’est déroulé. A cette occasion, un collectif d’associations, baptisé La Rue Est A Nous, avait organisé un mouvement de contestation. Ce collectif regroupe plusieurs mouvements, aux orientations politiques connues. Notamment Greenpeace, Extinction Rebellion, Alternatiba, ou encore Les Amis de la Terre. Tous sont impliqués dans la lutte contre le dérèglement climatique. Avec l’espoir de déclencher rapidement des comportements plus vertueux pour l’environnement.

Un enjeu fort de santé publique

La pollution près des écoles est un sujet qui sera au coeur des prochaines Municipales.

La pollution près des écoles est un sujet qui sera sans doute au coeur des prochaines Municipales.

Actuellement, on estime qu’en France la pollution de l’air serait responsable de 48.000 décès, jugés prématurés. Parmi eux, 2.500 ont lieu à Paris. A l’évidence, ces décès touchent d’abord les citoyens les plus fragiles. Par conséquent, les personnes âgées et les enfants. Cela explique le choix de mener des actions marquantes contre la pollution près des écoles. Les revendications qui ressortent de ces manifestations concernent surtout une véritable réduction des transports motorisés individuels. Principalement de la voiture. En effet, cette diminution dans l’espace urbain pourrait rapidement engendrer des améliorations pour la santé publique. Il s’agit donc d’un enjeu important. D’ailleurs, celui-ci sera sans doute au coeur des campagnes menées lors des Municipales.

Des actions ciblées

A Paris, ville particulièrement polluée, les actions menées poursuivent des objectifs précis. D’abord, le retrait d’ici 2025 d’environ la moitié des transports motorisés individuels dans la Capitale. En priorité, à proximité des écoles et des crèches. Pour cela, la mise en place d’un Plan Vélo permettrait à Paris de nettement réduire la pollution près des écoles. Par ailleurs, un net développement de la végétalisation, défendu entre autres par Anne Hidalgo, rendrait aussi la Capitale plus respirable. A ce titre, l’échéance des Municipales sera essentielle. Car la politique de la voirie et des transports est conduite par les élus municipaux. A ce sujet, un renforcement du maillage des transports en commun desservant la banlieue permettrait aux usagers de moins utiliser de transports individuels. Enfin, les associations impliquées dans ces actions anti-pollution réclament d’ici 2024 l’interdiction complète dans Paris des véhicules diesel. Ainsi que des véhicules à essence d’ici 2030. Jusqu’aux élections du 15 et 22 mars, des actions défendant ces attentes se dérouleront sans doute dans les meetings des divers candidats.




Laisser un commentaire