La Cour des comptes reproche à Pôle emploi la complexité de son site.

Pôle emploi : la Cour des Comptes épingle l’établissement public

9080

Pôle emploi : un virage numérique trop radical

Après avoir étudié l’évolution des services numériques proposés par Pôle emploi, la Cour des comptes a reconnu de réelles améliorations. Cependant, son dernier rapport souligne aussi une trop grande complexité pour les usagers. Cela limite grandement l’efficacité du site, prévu à l’origine pour faciliter les démarches des demandeurs d’emplois.

Des procédures numériques trop complexes

Les critiques émises par la Cour des comptes sont soutenues par l’Unédic, l’association chargée en France de la gestion de l’assurance chômage. Toutefois, cette étude financière a quand même admis que Pôle emploi avait réussi à faire des outils digitaux un levier essentiel. Cela, afin d’assurer « […] la mise en oeuvre de ses objectifs stratégiques ». De fait, ce virage numérique a eu pour effet d’entraîner une bien meilleure productivité. Notamment, grâce à la facilité de l’inscription complète en ligne, offerte aux chômeurs. Mais malgré cette appréciation positive, la Cour des comptes déplore que les personnes encore handicapées par l’usage de l’informatique se retrouvent à l’écart de cette stratégie digitale. Cette dernière a commencé en 2012. Or, à cause d’évolutions trop fréquentes, une partie des demandeurs d’emplois reste démunie face aux procédures inhérentes au site de Pôle emploi.

Des moyens d’accompagnement inaccessibles pour certains

La Cour des comptes reproche à Pôle emploi la trop grande complexité de son site.

La Cour des comptes reproche à Pôle emploi la trop grande complexité de son site.

Pour la Cour des comptes, le principal défaut du site du Pôle emploi concerne sa logique. En effet, elle ne tient pas du tout compte des utilisateurs qui éprouvent des difficultés face au numérique. Un défaut qui devient flagrant avec l’Emploi Store, une ressource qui contient plus de 300 applications. Preuve d’un réel déséquilibre, seulement cinq des services proposés dans cet Emploi Store monopolisent 75 % des visites. De ce fait, la Cour des comptes épingle l’inefficacité des multiples services accessibles. Pour la Cour, cette abondance inutile pénalise autant les personnes en recherche d’emploi que les entreprises qui les recrutent. Face à ces critiques, Jean Bassères, Directeur général de Pôle emploi, a répondu que cet outil répondait correctement aux besoins constatés. Par ailleurs, il a affirmé que ce site permettait de quantifier précisément le retour à l’emploi des demandeurs.

Une plus grande transparence

Désormais, pour améliorer l’efficacité actuelle de Pôle emploi, la Cour des comptes recommande de répertorier plus clairement les services en ligne. En priorité, ceux qui favorisent la reprise effective d’un travail. De plus, la juridiction financière rappelle que l’Unédic fournit à Pôle emploi 70 % de son budget. Par conséquent, l’établissement public devrait à l’avenir mieux informer l’Unédic sur ses prochaines stratégies d’investissement. De plus, les résultats productifs obtenus devraient être communiqués de façon plus transparente à ses financeurs.



Journaliste spécialiste des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. Collaborateur permanent du Bulletin des Communes et chef de rubrique.


Laisser un commentaire