Les obligations des candidats durant les Municipales sont clairement définies.

Obligations des candidats : un cadre précis à respecter

9825

Obligations des candidats : des règles bien établies

Le lancement de la campagne officielle des Municipales a eu lieu lundi dernier. De fait, celle-ci permettra d’élire les futurs conseils municipaux et les maires. Sur le territoire, elle durera jusqu’au samedi 14 mars inclus. Durant cette période, les obligations des candidats seront strictes.

Panneaux d’affichages

Dans les communes de moins de 1.000 habitants, les panneaux d’affichages seront attribués par l’ordre d’arrivée en mairie de leurs demandes. En revanche, pour les communes qui comptent plus de 1.000 habitants, cette attribution aura lieu par tirage au sort. Officiellement, ces panneaux sont les seuls supports autorisés pour les affiches électorales. En effet, il sera interdit de coller des affiches ailleurs. Cette norme fera partie des obligations des candidats.

Contraintes pour les tracts, affiches et sigles

Les obligations des candidats durant les Municipales seront strictes.

Les obligations des candidats durant les Municipales seront strictes.

Concernant les tracts électoraux distribués dans les boîtes aux lettres, un seul exemplaire par candidature sera autorisé. Cela, sur l’ensemble de la circonscription électorale. De plus, ces tracts devront respecter un format identique, pour toutes les listes proposées. En n’excédant pas, pour chacune, une feuille recto-verso. Jusqu’à présent, les obligations des candidats pour leurs affiches et leurs tracts prévoyait l’interdiction d’associer les trois couleurs bleu, blanc et rouge. Désormais, depuis le 1er janvier 2020, cette interdiction est limitée à « la juxtaposition des trois couleurs, dès lors qu’elle est de nature à entretenir la confusion avec l’emblème national. » Néanmoins, les sigles qui symbolisent les partis politiques ne sont pas obligés de respecter cette contrainte.

Contrôle du temps de parole

Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, le CSA, devra encadrer le temps de parole des divers candidats. Cela, à la radio comme sur les différentes chaînes de télévision. Ainsi, dans une circonscription électorale donnée, les médias concernés devront réguler les interventions des candidats et de leurs soutiens. Ce, afin qu’ils disposent d’« une présentation et d’un accès équitable à l’antenne ». De plus, la diffusion de tout sondage lié à l’élection en cours sera interdite. Ceci, la veille de chaque tour de scrutin, et le jour même du vote. La même règle sera appliquée à tout commentaire éventuel d’un sondage. Enfin, pendant ces deux jours, les obligations des candidats interdiront de distribuer tout message de propagande électorale. Que ce soit de façon électronique, ou au moyen de tracts ou de circulaires. À l’issue du premier tour, un second tour officiel débutera le lundi 16 mars. Il s’achèvera le samedi 21.