Une mutation des stations-service est à prévoir en France.

Mutation des stations-service : des changements à anticiper

7055

Mutation des stations-service : de nouveaux besoins à satisfaire

Le développement attendu du parc des voitures électriques, encouragé par l’exécutif, va fatalement nous obliger à changer nos habitudes en matière d’accès à l’énergie. Pour les stations-service traditionnelles, ce changement provoquera une réorganisation profonde.

Des bouleversements obligatoires

A l’avenir, une mutation des stations-service est à prévoir. En effet, l’une des difficultés qu’elles auront bientôt à gérer sera le temps d’attente lié à la recharge des véhicules électriques. De fait, celui-ci sera nettement supérieur à celui qui était jusqu’à présent nécessaire pour effectuer un plein d’essence. D’après de nombreux experts, ce délai variera au minimum entre vingt et trente minutes. Cela, même en utilisant des chargeurs capables d’un débit ultra-rapide, grâce à un courant continu. Or, ce temps d’attente obligatoire est très supérieur à celui pris par un automobiliste pour faire son habituel plein d’essence. Même en y ajoutant un délai supplémentaire consacré aux emplettes annexes. Comme de petits achats alimentaires ou de cigarettes. En moyenne, aujourd’hui, ce temps n’excède pas cinq minutes.

La mutation des stations-service pour répondre à des besoins différents

Le volume croissant des véhicules électriques va provoquer une mutation des stations-service.

Le volume croissant des véhicules électriques va provoquer une mutation obligatoire des stations-service.

Actuellement, les recharges de voitures électriques ne s’effectuent pas toutes au domicile ou au travail. De fait, de plus en plus, les stations classiques devront aussi être capables de fournir ce service. Ce, de façon fluide. Cela va provoquer une mutation des stations-service. Ce qui les forcera à engager des frais supplémentaires, afin qu’elles s’équipent de chargeurs performants, ultra-rapides. Sans cela, elles ne pourront pas attirer assez de clients. Malheureusement pour ces stations, ces bornes électriques, plus rapides que les bornes standards, coûteront aussi plus cher. De plus, elles imposeront nécessairement des modifications techniques, pour acheminer correctement plus d’électricité. Enfin, elles prendront plus de place. Ce qui nécessitera, là encore, des aménagements. En revanche, le temps d’attente allongé pour les automobilistes permettra sans doute de leur proposer de nouveaux services. Ainsi, des offres de repas rapides, de jeux, ou l’usage du Wi-Fi gratuit, se répandront certainement. Cela entraînera donc un changement décisif dans le futur modèle économique appliqué par les stations-service.

Des changements structurels à prévoir

Les prévisions concernant le développement du parc français des voitures électriques montrent que dans vingt ans, celui-ci pourrait représenter 30 % des véhicules en circulation. Comme ces derniers devront forcément se recharger, cela sous-entend une mutation des stations-service à venir. En effet, les stations qui les accueilleront devront augmenter le nombre de leurs places de stationnement. Et les emplacements qui ne feront pas cet effort d’adaptation, d’un coût obligatoirement conséquent, s’exposeront à une concurrence féroce. Cela créera une compétition décisive entre les stations correctement équipées et… les autres.



Né à Blois le 22 novembre 1972, Thierry Dulac est un journaliste français. À tout juste 21 ans, il débute une carrière de journaliste à Londres sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2006 à 2009. On le voit ensuite sur iTélé, ancêtre de CNews, entre 2009 et 2011 date à laquelle il intègre le Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique Environnement.