parc-national-marseille-reservation

Pourquoi l’accès à la calanque de Sugiton se fait-il désormais sur réservation ?

27962

Accès à la calanque de Sugiton. Ayant fait le test au cours de l’été dernier, l’accès à la calanque de Sugiton à Marseille est désormais sur réservation, et ce, pour cinq années supplémentaires. Il a été question d’une décision prise à l’unanimité lors d’une réunion du Conseil d’administration le 29 novembre 2022 dont l’objectif est très clair et qui consiste à protéger les criques emblématiques aux portes de Marseille qui sont particulièrement menacées par la sur-fréquentation. Ainsi, en limitant l’accès au parc national des calanques, le nombre de visites pourra être programmé et contrôlé au jour le jour, un geste en faveur de l’écologie et de la nature dans cette région. On vous en dira plus sur le sujet dans cet article !

Accès à la calanque de Sugiton très limité !

Accès à la calanque de Sugiton

Ayant déjà testé au cours de l’été dernier le concept du contingentement sur réservation afin d’accéder au célèbre parc national des calanques de Sugiton se trouvant aux portes de la ville de Marseille, la décision limitant l’accès sera encore maintenue pour cinq années supplémentaires, selon la décision du Conseil d’administration, comme l’indique le directeur du parc.

Ainsi, il faudra procéder à une réservation en ligne avant de se déplacer, une première en France !

Cela a permis de limiter le nombre de places à seulement 400 visites par jour, alors que l’on atteignait les 2 500 touristes par jour, notamment pendant les vacances d’été. Cette sur-fréquentation avait entraîné à l’époque une sérieuse dégradation des lieux et de cet environnement qui est déjà fragile.

Une décision qui peut être positive pour l’environnement 

Bien qu’il soit assez tôt pour donner un pronostic exact des conséquences positives que la limitation d’accès pourrait avoir sur le site et sur l’environnement, il serait néanmoins correct de dire que cela a eu un impact direct sur les dégâts écologiques dont souffrait le parc national à cause des visites un peu trop nombreuses, surtout pendant la haute saison.

Il s’agit particulièrement d’une bonne idée, puisque cette décision a été également approuvée par le grand public qui n’a présenté jusque-là aucune réaction négative ou problèmes d’acceptabilité de la mesure qui a été appliquée durant l’été dernier.

Le moins que l’on puisse dire est que l’expérimentation a très bien fonctionné sur toute la chaîne qui inclut :

  • L’information préalable du public ;
  • le fonctionnement de la plateforme de réservation ;
  • la mise en œuvre du plan sur le terrain ;
  • le contrôle du site et des visites.


Avatar photo

Née le 16 Janvier 1982, Laurence Laporte fait ses études à l'Institut d'études politiques puis au Centre de formation des journalistes (CFJ) à Paris, elle exerce son métier dans divers journaux à gros tirage, puis en, en 2019 elle devient éditorialiste au "Bulletin des Communes" et se consacre entièrement à l'écriture.