Un manque d’effectifs médicaux affaiblit le système hospitalier

Manque d’effectifs médicaux : une pénurie délétère ?

15701

Manque d’effectifs médicaux : un épuisement réel

 

Mardi dernier, une association d’établissements de santé, hôpitaux en tête, a tenu à alerter les pouvoirs publics sur un manque effectifs médicaux très alarmant. Ainsi, le Collectif Inter Hôpitaux a voulu attirer l’attention de l’exécutif sur un besoin urgent en recrutements. Dans un secteur littéralement à bout de souffle. D’autant plus menacé, qu’une future vague de contaminations pourrait encore faire empirer sa situation.

 

Pas assez de postes pourvus

Un manque d’effectifs médicaux provoque un épuisement réel des soignants

Un manque d’effectifs médicaux provoque un épuisement réel des soignants

Actuellement, de nombreux personnels médicaux, totalement épuisés, tirent la sonnette d’alarme. En cause, une charge de travail trop lourde. Et un manque d’effectifs médicaux flagrant dans le milieu hospitalier. A ce jour, à cause d’un lent effritement régulier, cette carence toucherait plus d’un quart des postes nécessaires. D’où une pénurie de personnels extrêmement préoccupante. Alors qu’une vague épidémique croissante se dessine dans les services. Ce qui pénalise aussi les hospitalisations courantes. En cause, plusieurs facteurs expliquent cette raréfaction des personnels soignants. Tout d’abord, un manque d’attractivité. Celle-ci affecte durablement les carrières hospitalières du secteur public. D’où de grandes difficultés actuelles à recruter. Enfin, une fatigue chronique. Or, celle-ci pousse à l’absentéisme. Ou incite de nombreux soignants à ne pas renouveler leurs contrats. Cela, pour changer carrément d’orientation professionnelle.

La crainte d’une seconde vague

Dans un milieu déjà en difficulté, l’épreuve de la pandémie a encore amplifié le malaise général. De plus, la perspective redoutée d’une seconde vague de Covid a encore précipité les envies de départ. Pour preuve, aujourd’hui, plus de 5. 000 offres d’emplois sur le site de la Fédération Hospitalière de France restent à pourvoir. Ce qui a des conséquences problématiques sur la qualité globale des soins. Car à cause des carences de personnels, elle devient moins sûre. De fait, en ayant des répercussions négatives sur la sécurité des patients. Parfois, à la limite de la maltraitance. Et les revalorisations salariales promises par le Ségur de la Santé ne suffiront sans doute pas à combler tous les manques d’effectifs médicaux. Le 15 octobre prochain, pour tenter de secouer l’exécutif, le Collectif Inter Hôpitaux a appelé à une journée de mobilisation.