Manœuvre de Google : une stratégie pour ne pas payer de droits d’auteur

0
4951
Cropped La Manoeuvre De Google Pour Ne Pas Payer Les Droits Dauteurs Promet Un Bras De Fer Muscle Copie

Manœuvre de Google : un puissant bras de fer en perspective

La décision prise par Google de respecter la loi française sur les droits voisins, liés à Internet, a satisfait nos dirigeants. Cependant, une manœuvre de Google, derrière son apparente bonne volonté, a révélé une stratégie parallèle. Celle-ci a pour but de ne payer aucun droit aux éditeurs et aux agences de presse travaillant sur le Web. Cela a vivement agacé de nombreux politiques.

Une attitude très douteuse

Depuis l’annonce faite le 25 septembre dernier par Google sur sa vision singulière de respecter la nouvelle loi sur les droits d’auteur, de nombreux hommes politiques français ont réagi. Très mal. En fait, le tout puissant moteur de recherches américain tente de mettre en place un dispositif pour ne pas rémunérer les éditeurs et les agences de presse. Or, cette clause de rémunération est l’un des points centraux de cette nouvelle loi. Très concrètement, Google a expliqué qu’il allait référencer les articles de presse, en affichant le titre et le lien permettant d’y accéder. Jusque là, tout va bien. Mais Google a aussi précisé qu’il allait supprimer la brève description qui accompagne ces informations. Or ces éléments, qui doivent apparaître automatiquement, sont précisément les enrichissements qui sont concernés par le nouveau texte. Cette manœuvre de Google a profondément irrité Franck Riester, ministre de la Culture, et Cédric O, le secrétaire d’État chargé du Numérique.

Un véritable scandale

Google tente d'appliquer une manoeuvre pour ne pas payer de droits d'auteur sur Internet.
En utilisant une manoeuvre, Google tente de ne pas payer de droits d’auteur sur Internet.

En agissant ainsi, l’entreprise américaine a trouvé un moyen habile d’esquiver le nouveau droit voisin, imaginé par le législateur. Mais cette manœuvre de Google a aussi provoqué une forte contestation chez de nombreux membres de notre exécutif. Ainsi, Franck Riester a déclaré « Les déclarations de Google sur la question de la rémunération ne sont pas admissibles. » Quant à Cédric O, il juge simplement l’attitude du groupe américain « […] irrespectueuse de l’esprit de la directive européenne et du droit français. » De son côté, Google considère qu’en publiant ces données, il apporte déjà assez de visibilité et de trafic aux sites de presse. Pour lui, c’est à eux de rentabiliser ensuite les millions de visites que le moteur leur fournit.

Un futur conflit très probable

Pour de nombreux responsables et décisionnaires français, en adoptant cette ligne de conduite très contestable, Google a montré son vrai visage. A savoir, une entreprise au pouvoir immense, qui n’hésite pas à bafouer des législations qui devraient être respectées. Cela étant, le bras de fer entre le colosse américain et la France ne fait que commencer. Et très clairement, l’Hexagone n’a pas l’intention de se laisser faire.