Le plomb : une cause importante de toxicité

Chasseur et son chien

Chasseur et son chien

Le plomb est le métal le plus employé pour fabriquer des projectiles destinés à la chasse. En France, on estime que les chasseurs tirent environ 250 millions de cartouches par an. Ces tirs provoquent une pollution non-négligeable, causée par les cartouches chargées de très nombreux plombs.

Le plomb : un métal aux effets nocifs

Dans un récent rapport, publié ce mois-ci, l’Agence Européenne des Produits Chimique a révélé que les munitions au plomb répandaient des milliers de tonnes de ce métal toxique dans toute l’Union Européenne. L’enquête parle d’une quantité évaluée à 14.000 tonnes. Évidemment, de tels volumes constituent un danger pour l’environnement. Ils peuvent donc avoir un impact sur notre santé. Par ailleurs, les résidus métalliques et en plastique contenus dans l’enveloppe des projectiles tirés sont aussi nocifs. Sans parler des multitudes de cartouches vides qui sont abandonnées dans la nature, sans jamais être ramassées.

Le plomb : un métal remplaçable

Pour limiter ces nuisances, l’Agence préconise de remplacer l’habituelle grenaille de plomb par de la grenaille d’acier. Cette alternative est tout à fait compatible avec la fabrication des fusils actuels. En plus, elle revient quasiment au même prix. Cette mesure aurait un impact très bénéfique sur la mortalité actuelle des oiseaux. Elle permettrait d’en sauver entre 1 et 2 millions. Parmi les espèces les plus menacées par le plomb, le rapport de l’Agence signale les rapaces, qui consomment souvent des animaux contaminés. Le plomb absorbé avec leurs proies les intoxique. Beaucoup de perdrix et de faisans seraient aussi épargnés si les cartouches à grenaille d’acier se généralisaient.

Le plomb : un ingrédient à ne pas absorber

Cartouches chargées avec de la grenaille de plomb

Cartouches chargées avec de la grenaille de plomb

Concernant l’alimentation humaine, la consommation de gibier peut également être risquée. Un danger bien réel, puisque l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) a recommandé, en mars dernier, de ne pas manger de gibier plus de trois fois par an. Une fois encore, cette précaution est motivée par la toxicité engendrée par le plomb.

Le plomb de chasse : ses nuisances évitées par des cartouches « vertes » ?

Aujourd’hui, l’espoir de supprimer la pollution due à la grenaille de plomb contenue dans les cartouches reste faible. L’idée de remplacer les projectiles traditionnels par des munitions dites « alternatives » n’a pas encore donné de résultats concluants. En effet, leurs ventes sont encore trop confidentielles. Actuellement, elles sont évaluées à moins de 1 % de la totalité des cartouches vendues sur le territoire. Par conséquent, le plomb continue d’être un polluant trop répandu en France.

Sur ce sujet, le Bulletin des Communes vous invite à lire aussi, pour plus d’informations : Lire

Le Bulletin des Communes suggère également : Lire