DERNIERES INFORMATIONS
Search
Les lacs d’altitude sont des espaces fragiles à préserver. Ils nous servent notamment à surveiller le réchauffement climatique.

Les lacs d’altitude : des espaces fragiles à préserver absolument

25452

Depuis une dizaine d’années, le Conservatoire d’espaces naturels de Haute-Savoie accorde une attention particulière aux lacs d’altitude. Notamment, parce qu’ils fournissent des informations majeures sur l’évolution des écosystèmes où ils se trouvent.

Un large dispositif baptisé « Sentinelles des Alpes »

Les lacs d’altitude sont des espaces fragiles à préserver. Ils nous servent notamment à surveiller le réchauffement climatique.

Les lacs d’altitude sont des espaces fragiles à préserver. Ils nous servent notamment à surveiller le réchauffement climatique.

Depuis une dizaine d’années, à partir d’Annecy, le Conservatoire d’espaces naturels coordonne des études portant sur une vingtaine de lacs d’altitude. Cela, dans les Alpes et les Pyrénées. Parmi ces lacs, on peut citer le lac du Brévent, à Chamonix, ou celui d’Anterne, sur la commune de Passy. Aujourd’hui, ces études très signifiantes font partie d’un large dispositif baptisé « Sentinelles des Alpes ». Dans lequel on retrouve l’ensemble des observatoires alpins de terrain.

Observer les modifications de l’environnement

Les travaux de ces observatoires permettent de suivre l’évolution de la flore et de la faune de sites jugés sensibles. Parmi eux, les lacs d‘altitude constituent un sujet important. Pour preuve, l’évolution de leurs très anciens sédiments est étudiée en détail. Cela, à l’aide de prélèvements effectués scientifiquement dans leurs fonds. Ainsi, on y recueille des informations précieuses, car ces sites réagissent très vite aux modifications de l’environnement. De plus, ils renseignent les chercheurs sur leurs précédentes évolutions.

Les lacs d’altitude parmi les milieux très sensibles

Désormais, on sait que les milieux où l’on trouve des lacs d’altitude sont très sensibles aux conditions extérieures. Par conséquent, leur biodiversité est susceptible d’être progressivement modifiée par la lente évolution du réchauffement climatique. Ce qui impose de surveiller ces espaces particuliers, si l’on ne veut pas qu’ils finissent par disparaître.

Des bivouacs nuisibles

Récemment, un autre facteur nuisible à l’environnement des lacs d’altitude a surgi : celui des conséquences néfastes du surtourisme en milieu naturel. En effet, ces deux derniers étés, un nombre trop important de bivouacs a contraint certaines communautés de communes à interdire cette pratique. Celle-ci étant désormais surveillée sur le terrain. Notamment, aux alentours du Lac Achard, dans le sud de la chaîne alpine de Belledonne, en Isère.