DERNIERES INFORMATIONS
Search
L’opposition des gardes champêtres refuse le principe que les chasseurs obtiennent des droits de police.

L’opposition des gardes champêtres : leur refus des chasseurs policiers

25535

Jacques Armesto, Président de la Fédération Nationale des Gardes Champêtres, a exprimé l’opposition des gardes champêtres à l’idée de chasseurs auxilliaires de Police. Pour lui, sur le terrain, les gardes champêtres doivent rester les seuls à être habilités à aider les forces de l’ordre dans la lutte contre la délinquance.

Un projet très contesté

L’opposition des gardes champêtres refuse le principe que les chasseurs obtiennent en plus des droits de police.

L’opposition des gardes champêtres refuse le principe que les chasseurs obtiennent des droits de police.

Contrairement à Willy Schraen, Jacques Armesto refuse que les élus ruraux accordent aux agents assermentés de cette Fédération le droit de maintenir l’ordre en forêt. A son avis, une extension qui permettrait aux chasseurs de remplir ce type de mission constituerait un abus légal. En effet, pour Jacques Armesto, un maire ne peut en aucun cas autoriser une personne privée à exercer une fonction assimilable à celle de policier. Par conséquent, effectuer des contrôles dans l’espace public, ou prendre des arrêtés pour maintenir l’ordre, doit rester l’apanage des gardes champêtres et des policiers. Et les Fédérations départementales de chasseurs, qui relèvent du droit privé, doivent se limiter à défendre la pratique de la chasse. Cela, sans remplir une activité annexe de police de proximité.

L’opposition des gardes champêtres illustre deux opinions qui s’affrontent

A l’inverse, Willy Schraen continue de penser que les élus locaux devraient accorder aux agents assermentés de sa Fédération la possibilité d’assurer l’ordre en forêt. Cela, afin qu’ils puissent lutter contre « […] la délinquance rurale et environnementale ». Cependant, cette proposition irrite la Fédération Nationale des Gardes Champêtres. En clair, elle la voit comme une atteinte directe à sa profession. Par conséquent, Jacques Armesto maintient l’opposition des gardes champêtres. Ainsi, il pense que contrairement à ce qu’affirme Willy Schraen les chasseurs n’ont aucun « rôle à jouer » dans la gestion de l’ordre local. Bien que le Président de la Fédération Nationale des Chasseurs ait continué à défendre ce point de vue au récent Congrès des maires.

Des communes en manque d’effectifs de police

Pour justifier sa proposition, Willy Schraen met en avant que de nombreuses communes rurales ne disposent plus actuellement d’effectifs suffisants de police de proximité. Ce qui entraîne une trop faible surveillance des espaces forestiers, voire agricoles. De plus, ces mêmes communes ont rarement la possibilité de rémunérer des gardes champêtres. Ainsi, en raison d’une vigilance défaillante, la délinquance rurale est en train d’augmenter. Pour apporter une solution, Willy Schraen fait valoir que certains membres de sa Fédération sont assermentés. Et qu’ils ont déjà l’habitude de réguler certaines espèces jugées nuisibles dans certaines communes. Ainsi, ces chasseurs pourraient également gérer d’autres nuisances. Par exemple, celle des dépôts d’ordures illégaux, ou encore, la circulation de véhicules motorisés en forêt dans des zones protégées. Lorsqu’ils constatent un délit, ils devraient pouvoir dresser des procès-verbaux. Bien sûr, si l’Etat et les maires le leur permettaient.