La crainte face aux outils digitaux touche encore de trop nombreux Français.

Illettrisme numérique : un handicap encore trop courant

2222

L’illettrisme numérique : une inégalité plus répandue qu’on ne le croit

L’illettrisme numérique est une expression qui désigne une gêne, plus ou moins profonde, face aux outils numériques en général. Pour les personnes qui la subisse, cette carence est un frein dans de nombreux secteurs de leur vie quotidienne. Par exemple, dès qu’il s’agit d’Internet, ne pas savoir s’en servir complique immédiatement de très nombreuses démarches. Elles deviennent alors beaucoup plus fastidieuses, voire impossibles.

Avoir peur d’Internet

Sans Internet, beaucoup de gestes simples, comme rechercher un logement, un emploi, ou effectuer une demande administrative, deviennent vite problématiques. Ainsi, ne pas être à l’aise avec le Web peut empêcher de prendre des rendez-vous, de dialoguer avec des services administratifs, ou simplement de s’informer. Pourtant, encore aujourd’hui, certains citoyens avouent ne pas aimer les situations qui les forcent à surfer. Cela engendre une forme de marginalité non-désirée, parfois difficile à détecter dans la population : l’illettrisme numérique.

L’illettrisme numérique : un mal caché

A ce jour, l’incapacité réelle à se servir des outils informatiques courants toucherait encore environ 15 % des Français. De plus, une récente étude effectuée pour le Syndicat de la Presse Sociale (SPS) a révélé que 23 % des Français éprouvaient une gêne globale face au numérique. Comparativement, dans l’Hexagone, le nombre actuel d’illettrés est lui estimé à 7 %. D’où l’idée de rassembler ces deux handicaps sociaux, sous l’appellation générique d’illettrisme numérique. De fait, ces deux insuffisances ont de nombreux points communs.    

De nombreuses initiatives

illettrisme numérique, un mal peu connu

Le malaise qu’éprouvent certaines personnes face aux outils numériques est toujours d’actualité.

A l’heure où l’utilisation des outils numériques et le digital ne cessent de croître, être victime de l’illettrisme numérique est un véritable frein social. Pour y remédier, des initiatives de formation et d’accompagnement sont déjà menées un peu partout en France. Parmi elles, l’association Emmaüs permet aux plus démunis, avec son programme Emmaüs Connect,  d’accéder aux services en ligne. Par ailleurs, depuis plusieurs mois, de nombreuses associations et des mairies ont ouvert des ateliers. Ces lieux facilitent l’accès à Internet. De son côté, Pole Emploi fait la même chose. Leur but commun est de permettre à tout citoyen de devenir autonome, pour parvenir à surfer sans peine sur Internet.

Le numérique, un droit pour tous

Pour faciliter cette démarche sociale d’intégration numérique, une vaste campagne va être menée en septembre prochain. Elle sera supervisée par le Syndicat de la Presse Sociale. Cette initiative aura pour objectif de faire reculer l’illettrisme numérique sur tout le territoire. Cette campagne sera conduite en partenariat avec le Syndicat National des Radios Libres (SNRL). Elle permettra à de nombreux experts du secteur digital, à des webmasters, mais aussi à des psychologues et à des sociologues, de s’exprimer sur cette fracture numérique, toujours actuelle.



Né à Paris le 12 Décembre 1981, Pierre Baron est un journaliste français. En 1999, à tout juste 19 ans, il débute une carrière de journaliste à News-York sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2005 à 2010. On le voit ensuite sur iTélé, entre 2011 et 2017 date à laquelle il intègre la rédaction du Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique NTIC.