Le grand port maritime de Bordeaux va bientôt renforcer sa filière hydrogène

Grand port maritime de Bordeaux : sa filière hydrogène se renforce

14864

Grand port maritime de Bordeaux : de l’énergie verte en Nouvelle-Aquitaine

 

Le grand port maritime de Bordeaux, conjointement avec le groupe industriel Nexeya France, vient de recevoir un soutien financier de la Commission européenne. Cela, pour renforcer la filière hydrogène de sa région. Ainsi, le projet « H2Bordeaux », porté par la société Storengy, filiale d’ENGIE, va accélérer la transition énergétique en milieu portuaire.

 

Un projet énergétique remarqué

Le grand port maritime de Bordeaux va bientôt renforcer sa filière hydrogène

Le grand port maritime de Bordeaux va bientôt renforcer sa filière hydrogène, pour une énergie plus verte

Ce financement concrétise la précédente signature d’un protocole d’accord, datant de janvier dernier. Ainsi, le projet « H2Bordeaux », retenu par la Commission européenne parmi 262 autres dossiers, vient de remporter un appel à projets majeur. Ce soutien européen est destiné à cofinancer un usage renforcé de l’hydrogène dans le grand port maritime de Bordeaux. Cette initiative s’inscrit dans le vaste Programme Connecting Europe Facility. Lui-même piloté par l’agence européenne INEA. Spécialisée dans les secteurs des transports, de l’énergie et des télécommunications.

La reconnaissance de l’innovation

Après étude, la Commission européenne a jugé que le projet « H2Bordeaux » se distinguait par son aspect innovant. Et par sa philosophie d’économie circulaire. De fait, le cofinancement apporté par la Commission s’élèvera à la moitié du montant total des premières études. A savoir, 50 % de 750.000 €. A l’avenir, cette action devrait permettre un partenariat avec l’industriel Nouryon. En effet, celui-ci est un spécialiste de la production de chlorate de sodium. Obtenue par l’électrolyse de la saumure. Celle-ci étant élaborée grâce au sel qui transite dans le grand port maritime de Bordeaux. Ainsi, une production de 3.000 tonnes d’hydrogène est attendue. En Nouvelle-Aquitaine, cet apport énergétique écologique permettra de fournir à l’industrie locale une nouvelle filière plus verte. Très bénéfique pour la mobilité de la région.

Un lancement imminent

Dès ce mois-ci, les premières études sur ce projet commenceront. Ainsi, elles préciseront le niveau de consommation d’hydrogène dont a besoin le grand port maritime de Bordeaux. Cela, pour bénéficier d’une mobilité terrestre et fluviale suffisante. Ensuite, le projet « H2Bordeaux » servira sans doute de référence. Afin de déployer d’autres initiatives similaires. Dans d’autres zones portuaires. Cette initiative à grande échelle ira dans le sens du Plan de Relance dernièrement présenté par le Gouvernement. Ce 8 septembre. Car ce Plan était fortement axé sur la prochaine décarbonation de l’industrie et des moyens de transport du pays.

Le Bulletin des Communes vous suggère aussi l’article du site H2 Mobile