parking-lyon

Comment la gestion du stationnement à Lyon va-t-elle changer ?

27885

Gestion du stationnement à Lyon, c’est la révolution des parkings qui est en marche. En effet, avec l’opérateur historique de stationnement Lyon Parc Auto qui prend de plus en plus de recul dans la région, c’est au tour de la majorité écologiste de s’imposer sur le secteur, avec des idées plus modernes et plus pratiques visant à transformer les parkings classiques et à donner leurs places aux nouveaux usages grâce à de nouvelles superstructures assurant la gestion du stationnement dans la métropole.

Gestion du stationnement : un projet de grande envergure qui décolle !

stationnement a lyon un projet de grande envergure qui decolle La Société Publique Lyonnaise de Mobilité, plus connue sous l’abréviation SPLM, se trouve aujourd’hui à la tête d’un grand projet dont le principal objectif est d’augmenter le nombre d’usagers par place de parking.  I

l s’agit d’une initiative entreprise par la majorité écologiste qui souhaite organiser le stationnement et la gestion des parkings dans la métropole. Une entité qui devrait réduire l’activité de Lyon Parc Auto, également appelé LPA, qui s’est chargé jusque-là de cette mission en tant qu’opérateur historique de la métropole.

Dans cet esprit-là, la principale question qui vient aux esprits est : les places de parking classiques perdurent-elles alors que ce mouvement écologiste met en avant l’autopartage, le vélo et les bornes de recharge électriques ?

De la sorte, LPA est sur le point de perdre le contrôle de onze parkings sur les trente-cinq pris en charge actuellement, sans parler des 39 000 places de stationnement de rue.

La différence entre SPLM et les autres acteurs du marché

La différence entre SPLM et les autres acteurs du marchéBien que le but de ces organismes reste le même et consiste à promouvoir les stationnements en région lyonnaise, les caractéristiques de chaque entreprise sont bien spécifiques. Dans le cas de la Société Publique Lyonnaise de Mobilité qui est déjà en fonction en cette fin d’année, il s’agit d’une structure qui est 100 % publique, contrairement à LPA qui est un mélange d’acteurs publics et privés.

C’est un privilège qui donne à SPLM l’occasion de rassembler toutes les gestions de parking disparates en une seule et unique entité avec un budget défini à 64 millions d’euros. Une bonne nouvelle pour la société qui prendra en charge plusieurs contrats arrivant à échéance d’ici à 2025, comme :

  • Quinze parkings souterrains ;
  • le stationnement en voirie à Lyon et celui de Keolis ;
  • le prestataire du Sytral pour les transports en commun.


Avatar photo

Née le 16 Janvier 1982, Laurence Laporte fait ses études à l'Institut d'études politiques puis au Centre de formation des journalistes (CFJ) à Paris, elle exerce son métier dans divers journaux à gros tirage, puis en, en 2019 elle devient éditorialiste au "Bulletin des Communes" et se consacre entièrement à l'écriture.