Un projet d'exploitation du gaz de couche de charbon en Moselle suscite un fort rejet

Gaz de couche de charbon : refus d’un projet d’exploitation en Moselle

17965

Gaz de couche de charbon : une extraction polluante

 

Actuellement, un projet d’exploitation de gaz de couche de charbon en Moselle suscite une forte opposition. De fait, trente-six associations et collectifs de citoyens s’opposent à de futures extractions. Tout comme l’APEL57. L’Association pour la Préservation de l’Environnement Local. Depuis des années, cette association lutte contre l’usage de cette énergie fossile dans le Grand Est.

 

Une lettre ouverte

vue de canalisations de gaz de couche de charbon

Un projet d’exploitation du gaz de couche de charbon en Moselle soulève de fortes craintes de pollution.

Ce 19 janvier, les associations engagées contre ce projet d’exploitation du gaz de couche de charbon ont publié une lettre ouverte. Adressée à Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, et à Emmanuel Macron. Ainsi, ce texte explique qu’une autorisation d’exploitation en Moselle irait à contresens des efforts menés contre le changement climatique. Surtout au moment où la loi Climat doit être présentée en Conseil des ministres, début février. En effet, l’usage du gaz de couche apparaît dangereux pour l’environnement. Ainsi que pour le climat. Par conséquent, ce mouvement écologiste local réclame le rejet du permis d’exploitation. Demandé par l’entreprise gazière La Française de l’Energie. Qui pourrait ensuite implanter jusqu’à 400 puits de forage dans le département.

Un impact climatique très négatif

Jusqu’à présent, le gaz de couche de charbon est un hydrocarbure qui n’a jamais été exploité en France. Cependant, les dégâts environnementaux que son extraction entraîne sont déjà connus à l’étranger. En résumé, ils sont comparables à ceux du gaz de schiste. Avec un impact climatique très négatif. Ainsi, son exploitation génère une forte pollution de l’eau, de l’air et des sols. Et d’importantes émissions de gaz à effet de serre. Pour cette raison, une récente enquête publique, achevée en novembre dernier, a montré une nette opposition citoyenne. Contre ce projet d’extraction. Egalement refusé par divers élus locaux. Néanmoins, le Gouvernement pourrait malgré tout ne pas en tenir compte. Car l’entreprise gazière La Française de l’Energie dispose de nombreux soutiens efficaces dans l’administration publique.

Enrayer l’effet de serre

En 2017, les appuis de l’entreprise gazière La Française de l’Energie lui ont permis de s’opposer à la loi Hulot. Car celle-ci ciblait l’exploitation de certains hydrocarbures. A l’époque, une action menée contre cette loi avait permis à l’entreprise gazière de faire exclure les gaz de couche de charbon des interdictions d’extraction. A l’inverse, la lettre ouverte adressée à l’exécutif exige désormais que les politiques publiques cessent de financer des projets liés aux énergies fossiles. Cela, afin d’enrayer efficacement le changement climatique. Notamment, en ne cédant plus aux pressions des lobbys. Et en refusant tout conflit d’intérêts.