L'efficacité des éoliennes est remise en cause par certaines études.

Efficacité des éoliennes : des critiques à considérer

7114

Efficacité des éoliennes : des conclusions négatives la contredise

Actuellement, certaines critiques étayées remettent en cause l’efficacité des éoliennes. Notamment celles de Fabien Bouglé, militant associatif et élu municipal de Versailles. De fait, celui-ci dénonce dans un livre récent la face cachée de cette énergie. Alors qu’on la suppose propre. En fait, cet auteur conteste largement son rôle sur me terrain.

Un livre à charge

Il y a quelques mois, François de Rugy, ex-ministre de la Transition écologique et solidaire, a lancé officiellement le premier parc éolien maritime près de Saint-Nazaire. Or, cette date a coïncidé avec la sortie d’un livre à charge contre l’efficacité des éoliennes. Son titre est explicite : « Eoliennes : la face noire de la transition écologique ». Dans cet essai, son auteur Fabien Bouglé s’appuie sur des données officielles. Elles démontreraient que les éoliennes ne seraient finalement pas si bonnes pour la planète. En fait, il conteste à la fois leur efficacité réelle et leurs conséquences néfastes sur la santé des populations qui vivent à proximité. Selon lui, les infrasons qu’elles produisent provoqueraient à la longue des vertiges et de l’anxiété dans les populations rurales. Des effets qui seraient même démontrés par la NASA !

Des défenseurs de l’efficacité des éoliennes contredits

Pour le site d’Europe Ecologie les Verts, l’efficacité des éoliennes a été largement démontrée. Elle serait donc totalement fiable. Pourtant, cet avis n’est pas unanimement partagé. Notamment par certains experts. Certes, la France peut se vanter d’être l’un des pays les plus vertueux au monde, en matière d’énergie décarbonée. Ainsi, l’Hexagone en produit aujourd’hui environ 90 %. Dans ce superbe résultat, l’efficacité des éoliennes est écornée par le fait qu’elles ne produisent qu’une « électricité intermittente ». Une donnée qui semble être confirmée par un rapport émanant du Réseau de Transport d’Electricité. De fait, celui-ci n’attribuerait que 22 % de l’énergie actuellement produite au réseau éolien.

Plus de gaz à effet de serre ?

Cependant, pour compenser un résultat en définitive insuffisant, on continue de produire en France de l’électricité à partir d’énergies fossiles. Donc, avec du charbon, du pétrole et du gaz. Ainsi, en s’appuyant sur les travaux de l’ingénieur en énergie Jean-Marc Jancovici, Fabien Bouglé affirme que, malheureusement, « […] plus on développe des éoliennes, plus on contribue à la diffusion de gaz à effet de serre. » Moralité, l’enfer serait donc bien pavé de bonnes intentions. Par conséquent, développer une stratégie vraiment vertueuse en matière de production énergétique serait un véritable casse-tête.

Des avantages pourtant indiscutables

vue de pales pour une efficacité des éoliennes entachée par certains effets nocifs.

L’efficacité des éoliennes serait entachée par certains effets nocifs.

Néanmoins, des avantages indiscutables restent acquis à l’efficacité des éoliennes. En premier lieu, leur capacité à réutiliser un élément gratuit : le vent. Cela, aussi bien sur terre qu’en mer. Et contrairement à ce qu’affirment certains experts anti-éolien, selon l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, l’ADME, les éoliennes auraient permis de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Ce, en offrant une alternative efficace aux centrales qui, sur le territoire, fonctionnent au fioul, au charbon et au gaz.

Un bilan flatteur des Énergies Renouvelables

D’après un bilan énoncé dans l’édition 2019 des Chiffres Clés des Énergies Renouvelables, les éoliennes constitueraient le deuxième producteur d’électricité renouvelable. Avec un pourcentage atteint de près de 27 %. Cela, derrière le secteur hydraulique, fort de ses 54 %, mais largement devant la filière photovoltaïque, qui elle dépasserait à peine les 10 %. Alors, en définitive, qui peut-on croire ? Quels experts sont dans le vrai ? Un débat très difficile à trancher, qui ramène chacun à ses propres convictions, souvent fragiles.