Un début de sécheresse commence à se manifester dans le nord de la France.

Début de sécheresse : juillet commence par un net manque de pluies

14320

Début de sécheresse : une inquiétude naissante

 

Les quinze premiers jours de juillet ont atteint un niveau record de sécheresse depuis 1958. Ce début de sécheresse est dû à un manque anormal de pluies. Ainsi, durant cette période, Météo-France a enregistré une carence d’eau préoccupante. Cela, dans trois départements : la Moselle, le Doubs et la Haute-Vienne. D’ailleurs, ces derniers ont déclenché une alerte via leur préfecture.

 

Un manque de pluies flagrant

Actuellement, alors que les températures restent normales pour la saison, Météo-France observe un début de sécheresse sur une partie de notre territoire. En moyenne, dans certains endroits, la carence de pluies a atteint un pourcentage de près de 70 %. Par rapport aux précipitation attendues, cette situation représente une baisse de 9 millimètres de pluie, sur toute la France. En dix ans, cela fait la troisième fois que cette pénurie a lieu. Précédemment, ce phénomène s’est produit en juillet 1994, puis en juillet 2015. Pour l’instant, le niveau des nappes phréatiques reste satisfaisant. Mais si cette situation durait, les réserves des précipitations de l’hiver dernier pourraient se tarir. Surtout dans certaines régions. D’autant plus que Météo-France ne prévoit pas de futures améliorations.

Des craintes émergentes

Un début de sécheresse préoccupant commence à se manifester dans le nord de la France.

Un début de sécheresse préoccupant commence à se manifester dans le nord de la France.

Pour le moment, l’alerte sécheresse en cours en Moselle, dans le Doubs et la Haute-Vienne ne se manifeste que par un début de vigilance. Tout au plus, cela a entraîné l’application de quelques restrictions d’eau. D’ailleurs, ce début de sécheresse n’a pas encore d’incidence sur les agriculteurs. Globalement, ce phénomène ne concerne aujourd’hui que la moitié nord du pays. De la Haute-Normandie aux Hauts-de-France, jusqu’au Grand Est. Notamment en Meurthe-et-Moselle. Malgré tout, cette pénurie de pluies nécessite une surveillance attentive. En espérant que cette baisse ne débouchera pas sur une période de sécheresse exceptionnelle. Comparable à celle de 2019, durant laquelle 88 départements avaient mis en place de fortes restrictions d’eau.

Une météo à surveiller

Pour cette année, Météo-France prévoit une carence en pluies qui pourrait durer jusqu’à l’automne. Donc, ce début de sécheresse pourrait s’étendre. Principalement dans la moitié nord du pays. Avec une chute des précipitations pouvant varier entre 40 et 60 %. Y compris jusqu’en septembre. Cela dans certaines régions. Et cela, même sans l’arrivée d’une canicule. Cependant, des conséquences potentiellement négatives sur les nappes phréatiques sont à craindre. Par conséquent, la météo et les prochains bilans pluviométriques seront à surveiller de près. Surtout par les maraîchers et les agriculteurs.