DERNIERES INFORMATIONS
Search
des panneaux photovoltaïques devant des immeubles

Croissance verte

2242

Territoires à énergie positive pour la croissance verte

En 2014, le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer a mis en place les Territoires à énergie positive pour la croissance verte. Il s’agit de territoires lauréats de l’appel à initiatives du même nom. Ils sont considérés comme territoires exemplaires de la transition énergétiques.

En 2014, le ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer a mis en place les Territoires à énergie positive pour la croissance verte

Un programme national

C’est le 4 septembre 2014 que Ségolène Royal a décidé de lancer les Territoires à énergie positive pour la croissance verte. Il s’agit de territoires qui choisissent de s’investir dans le développement durable. Ces territoires doivent pour cela répondre à l’appel à initiatives TEPCV.  Ils s’engagent à mettre en place des programmes d’actions. Les villes ou communautés de communes retenues sont, ensuite, dotées d’aides financières du ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la mer. Elles peuvent aller de 500 000 euros à 2 000 000 euros pour financer ces actions. Les programmes d’actions concernent l’efficacité énergétique, la mobilité durable, l’économie circulaire, les énergies renouvelables, la biodiversité et l’éducation à l’environnement.

Un engagement local

Pour être Territoire à énergie positive pour la croissance verte, les collectivités doivent s’engager à réduire les besoins en énergie de leurs habitants, des constructions, des activités économiques, des transports et des loisirs. Elles doivent travailler sur un projet global pour un nouveau modèle de développement plus sobre et plus économe. Six domaines d’actions sont prioritaires. Les territoires doivent agir dans ces directions. Il faut réduire la consommation d’énergie par des travaux d’isolation ou des objectifs d’extinction de l’éclairage public. Il faut s’attaquer à la pollution en développant les transports propres et innovants. Les communes doivent développer les énergies renouvelables et préserver la biodiversité. Elles doivent également lutter contre le gaspillage et réduire leurs déchets. Enfin ces territoires doivent sensibiliser leur population à la protection de l’environnement.

Des bons résultats pour l’environnement

Dès la première année, les résultats des territoires à énergie positive pour la croissance verte ont été encourageants

Dès la première année, les résultats des territoires à énergie positive pour la croissance verte ont été encourageants. Grâce aux subventions de L’État, les communes ont pu mettre en place leurs programmes. En un an,  la mobilisation des TEPCV a permis d’éviter 550 000 tonnes de CO2 par an et plus d’un million de foyers supplémentaires sont désormais alimentés en énergies renouvelables. Les communes ont déployé plus de 3 375 000 m2 de panneaux photovoltaïques et on compte 190 territoires zéro pesticide. Les initiatives sont variées ainsi à Saint-Ouen dans le Loir-et-Cher, le fond de financement de la transition énergétique a permis de soutenir le projet de rénovation énergétique de la salle des associations. A Saint-Flour dans le Cantal, la subvention a financé le développement d’aires de covoiturage sur le territoire. Enfin à Chambéry en Savoie, une passerelle cyclo-piétonne a vu le jour grâce à cette opération.

  • Nous vous invitons à lire également notre article sur la volonté des Hauts-de-France de développer la bioéconomie
  • Sur ce sujet, le Bulletin des Communes vous invite à lire aussi cet article


Avatar photo

Jean Jacques Alvo a découvert sa vocation pour le journalisme après un séjour formateur de deux ans aux États-Unis. Il débute sa carrière dans la presse écrite, où il acquiert une solide expérience. En 2001, il accède à une position de premier plan en prenant la direction de la rédaction du Bulletin des communes. Sous son impulsion, il redéfinit la ligne éditoriale du bulletin pour mieux répondre aux besoins des élus, ainsi qu'à ceux des cadres et agents des collectivités locales et territoriales. Il réalise des articles de fond et des interviews de terrain afin de remonter à l'échelon national les bonnes pratiques locales, pouvant apporter une aide précieuse à la prise de décision pour d'autres élus confrontés aux mêmes défis sur leur territoire.