La crainte d’un troisième confinement affecte de nombreux dirigeants d'entreprise

Crainte d’un troisième confinement : des conséquences redoutées

18067

Crainte d’un troisième confinement : de nombreux commerçants à bout

 

Selon une récente enquête, à l’heure où la crainte d’un troisième confinement s’intensifie, une PME sur deux estimerait ne pas pouvoir l’affronter. En effet, d’après ce sondage, de très nombreux chefs d’entreprise considèrent qu’une nouvelle épreuve économique mettrait leur société en danger.

 

Un constat amer

A cause de la crainte d’un troisième confinement, de nombreux commerçants avouent être à bout.

A cause de la crainte d’un troisième confinement, de nombreux commerçants avouent être à bout.

Ce constat d’inquiétude est confirmé par une enquête effectuée par la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises. Précisément, ce sondage a eu lieu entre le 7 et 20 janvier. Auprès de 2.400 dirigeants de PME/TPE. De fait, plus de la moitié d’entre eux a déclaré que la crainte d’un troisième confinement allait jusqu’à remettre en cause la survie de leur société. Ainsi, ce pourcentage élevé indique que l’appréhension causée par la crise sanitaire grandit actuellement dans le pays. Comparativement à un sondage similaire, réalisé en septembre dernier. De plus, une proportion équivalente de ces dirigeants estime que le couvre-feu actuel fait baisser leur chiffre d’affaires. Au total, les deux tiers de ces PME/TPE considèrent avoir subi une baisse d’activité. De fait, seuls 15 % d’entre elles estiment que leur activité a progressé. Enfin, environ un tiers des dirigeants interrogés a dû rogner sur ses effectifs habituels.

La menace des charges fixes

Seul indicateur positif donné par la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises, 48 % des sondés ont quand même déclaré qu’ils prévoyaient une relative stabilité dans les prochains mois. Voire, parfois une hausse. Confirmée par des recrutements possibles. Cela, chez 9 % d’entre eux. Cependant, la majorité des dirigeants interrogés se demande comment elle va pouvoir continuer à payer ses charges fixes. Sans parler, pour certains, des dettes qu’ils ont contractées. Malgré les reports de cotisations fiscales ou sociales. Actuellement accordées par l’Etat. En effet, environ 45 % des entreprises interrogées pensent qu’elles n’arriveront pas à rembourser leur Prêt Garanti par l’Etat. Alors qu’environ un tiers pensait y parvenir il y a quatre mois.

Des secteurs plus touchés que d’autres

En conclusion, cette enquête de la CPME démontre que la crainte d’un troisième confinement est aujourd’hui plus forte dans certains secteurs. En priorité, ceux de la restauration et de l’hébergement. Ainsi que chez les exploitants de salles de fitness et de sport. Où l’inquiétude ne cesse de grandir.