Marseille redoute un brutal afflux estival, qui se manifeste par une crainte des touristes.

Crainte des touristes à Marseille, la ville redoute un afflux estival brutal

20248

Face à la crainte d’un afflux de touristes à Marseille, la ville a exprimé sa peur de voir des visiteurs venir en trop grand nombre dans la ville capitale phocéenne. Cela, auprès de l’Office du Tourisme Métropolitain en lui demandant de limiter les publicités vantant la municipalité. Ainsi, la promotion prévue ne devrait pas entraîner un trop grand afflux estival. Ce qui pourrait générer en ville « […] une situation de surfréquentation ». Provoquée par l’arrivée trop abondante de visiteurs.

Améliorer l’accueil

 Depuis peu, Marseille redoute un brutal afflux estival. Cette inquiétude se manifeste par une crainte des touristes, s'ils devenaient trop nombreux.

Depuis peu, Marseille redoute un brutal afflux estival. Cette inquiétude se manifeste par une crainte des touristes, s’ils devenaient trop nombreux.

Dernièrement, pour réguler l’arrivée des touristes à Marseille, Laurent Lhardit, adjoint au maire au Tourisme durable, a déclaré qu’il fallait désormais « […] amplifier les moyens dévolus à l’accueil des touristes […] ». Mais également «  […] réduire ceux dévolus à la promotion de la ville. » Ainsi, pour encourager une future limitation, l’adjoint a regretté que l’Office Métropolitain du Tourisme ait prévu de consacrer plus de «  […] un million d’euros à des opérations de publicité ou pour des salons. » Un regret qui a sans doute beaucoup surpris Marc Thepot, le Président de cet organisme.

En effet, il ne s’attendait pas à ce que Marseille réclame qu’on vende moins ses attraits. Cependant, pour ne pas donner l’image d’un opposant au tourisme, Laurent Lhardit a aussi précisé qu’il fallait que sa ville s’efforce de « […] diversifier les lieux d’accueil ». Notamment, en recrutant et en formant une bonne centaine d’agents dédiés à cette tâche.

Par crainte des touristes à Marseille, la ville veut promouvoir des parcours alternatifs

Face à la crainte d’un afflux de touristes à Marseille en juillet et en août, l’Office du Tourisme Métropolitain a déjà commencé à promouvoir des parcours alternatifs. Cela, par crainte des touristes qui visitent systématiquement « […] les sempiternels sites de Notre-Dame de la Garde et des Goudes ». Présentés désormais par Laurent Lhardit comme des « […] points chauds qu’il faudrait tiédir. » Pour aller dans ce sens et empêcher une surfréquentation, le Parc national des Calanques a aussi amorcé une communication promotionnelle plus discrète. Cela, afin de pousser les futurs visiteurs à découvrir à proximité d’autres espaces naturels, également séduisants.

En effet, la municipalité redoute que la fin du confinement n’entraîne une fréquentation encore supérieure à celle de l’été 2020. Actuellement, il faut préciser que depuis le 1er janvier 2021, c’est la métropole Aix-Marseille-Provence qui gère l’Office Métropolitain du Tourisme. Cependant, Marseille demeure « […] l’autorité organisatrice de la saison touristique à Marseille. » Comme Laurent Lhardit a tenu à le rappeler.