Cabines téléphoniques : seulement 26 exemplaires encore en activité

Cabines téléphoniques : seulement 26 exemplaires encore en activité

20288

En France, dans certains endroits où il n’existe encore aucune couverture mobile, quelques cabines téléphoniques continuent de fonctionner. Malgré leur ancienneté évidente. Cependant, leur nombre est devenu très limité. En fait, elles sont presque devenues aujourd’hui des objets de collection.

Quelques exemplaires en sursis

En France, on ne dénombre plus que 26 cabines téléphoniques encore en activité.

Actuellement, en France, on ne dénombre plus que 26 cabines téléphoniques encore en activité.

Alors que dans les années 90 on trouvait plus de 300.000 cabines téléphoniques sur notre territoire, où elles faisaient alors partie du paysage, en 2021, elles ont l’apparence de survivantes. En effet, selon Stéphane Richard, le Président-directeur général d’Orange, ces cabines ont maintenant quasiment disparu. Elles deviennent en tous cas, rarissimes, puisqu’elles ne seraient plus que 26 en France. En état de fonctionner. Actuellement, c’est ce chiffre qui est encore déclaré à l’ARCEP, l’organisme qui est le Régulateur des télécoms. Ainsi, le patron d’Orange a donné cette information, lors d’une récente interview dans l’émission Quotidien. Régulièrement diffusée sur la chaîne de télévision TMC.

Des cabines téléphoniques encore utiles, mais pour combien de temps ?

Aujourd’hui, maintenir l’usage des cabines téléphoniques en France, plus d’un siècle après leur invention, n’est plus du tout une nécessité. En effet, depuis 2015, avec la loi Macron, l’obligation de maintenir un service universel a disparu. Par conséquent, l’opérateur historique qui en était le légataire n’a plus le devoir de conserver ces dispositifs en état de fonctionner. Ce que Stéphane Richard a d’ailleurs confirmé, lors de son interview. Actuellement, il faut bien admettre que l’utilisation de ces cabines se limite de plus en plus. Cependant, un petit nombre reste quand même en service. Et l’on peut y passer ou y recevoir des appels. En payant avec une carte bancaire ou même de la petite monnaie. Ce qui les rend malgré tout utiles, dans certains endroits isolés.

Un jour, ces cabines téléphoniques finiront sans doute par être fermées, compte tenu de leur vétusté. Alors, pour le plus grand plaisir de certains collectionneurs nostalgiques, elles deviendront de simples objets de curiosité.



Journaliste spécialiste des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. Collaborateur permanent du Bulletin des Communes et chef de rubrique.