Bus à hydrogène : Mâcon souhaite décarboner ses transports publics

3428

Dernièrement, la communauté d’agglomération Mâconnais Beaujolais Agglomération a commencé à expérimenter les avantages d’un premier bus fonctionnant à l’hydrogène. Par la suite, si cet essai se révèle concluant, cette collectivité projette de lancer prochainement un parc comprenant quinze véhicules. A savoir, neuf bus et six camions-bennes, pour collecter les ordures ménagères.

Un premier pas écologique

En expérimentant les bus à hydrogène, la ville de Mâcon montre qu'elle veut décarboner son réseau de transports publics.

En expérimentant les bus à hydrogène, la ville de Mâcon montre qu’elle veut décarboner son réseau de transports publics.

Récemment, la ville de Mâcon a fait un premier pas écologique vers l’usage quotidien d’un bus roulant à l’hydrogène. Ce véhicule étant fourni par l’entreprise belge VanHool. Ainsi, la collectivité bourguignonne a rejoint la vingtaine de villes qui a déjà fait le choix de cette énergie plus vertueuse. Notamment Auxerre, une autre ville de Bourgogne-Franche-Comté. Cette dernière s’étant équipée avant Dijon et Belfort. Leur objectif étant clairement de parvenir à décarboner leurs réseaux de mobilités publiques. Notamment, en substituant de nouveaux véhicules à hydrogène aux anciens qui utilisaient le gazole. Une fois que cet essai aura été validé comme positif, Mâconnais Beaujolais Agglomération souhaite renforcer cette solution moins polluante sur son territoire. Notamment, pour la rendre autonome, en créant une station de production d’hydrogène locale. Cela, afin que sa nouvelle flotte de véhicules puisse être opérationnelle pour 2024.

Une dynamique en faveur de l’hydrogène

En pratique, pour que ses bus et ses camions-bennes puissent rouler sans problème d’approvisionnement, il est logique que Mâconnais Beaujolais Agglomération souhaite s’équiper de sa propre station de production d’hydrogène. Celle-ci étant prévue pour le deuxième semestre 2023. Théoriquement, elle devrait être capable de produire 1 MW. Cette dynamique en faveur de l’hydrogène va dans le sens du Plan France Relance 2030, soutenu par Emmanuel Macron. Pour preuve, ce vecteur d‘énergie devrait bénéficier de près de 2 milliards d’euros supplémentaires.

Une filière verte à développer au service aussi des bus à hydrogène

Sur place, les élus mâconnais souhaitent que cette future station d’hydrogène soit aussi accessible à d’autres usagers. Y compris en dehors de la collectivité. Ainsi, des véhicules d’entreprises proches, voire d’éventuels transporteurs privés, pourraient contribuer à renforcer la filière hydrogène mâconnaise. Entre autres, en Saône-et-Loire. Une autre région dans laquelle certains édiles ont déjà prévu de mettre en place dès l’année prochaine des structures permettant de stocker efficacement et en grande quantité ce vecteur d’énergie verte. Notamment, au moyen d’entrepôts souterrains, dédiés à l’hydrogène.



Thierry Dulac

Né à Blois le 22 novembre 1972, Thierry Dulac est un journaliste français. À tout juste 21 ans, il débute une carrière de journaliste à Londres sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2006 à 2009. On le voit ensuite sur iTélé, ancêtre de CNews, entre 2009 et 2011 date à laquelle il intègre le Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique Environnement.