Microsoft et Amazon veulent désormais faire des efforts "verts" pour atteindre un bon bilan carbone.

Bilan carbone : Microsoft se veut plus vertueux pour la planète

9107

Bilan carbone : une neutralité totale à atteindre

Le groupe Microsoft vient d’annoncer qu’il prévoyait un Plan très ambitieux en faveur de l’environnement. Désormais, son objectif est d’atteindre un bilan carbone négatif en 2030. Par ailleurs, ce programme souhaite aussi supprimer toutes les émissions de gaz à effet de serre que la société américaine a engendrées depuis 1975. Amazon a aussi fait part d’intentions similaires.

Un Plan d’assainissement

Afin de contribuer positivement à la lutte contre le réchauffement climatique, le groupe Microsoft a promis hier qu’il atteindrait un bilan carbone négatif d’ici 2030. De plus, cet engagement ambitieux devrait permettre au géant informatique de résorber d’ici 2050 l’ensemble de ses émissions de gaz à effet de serre, générés depuis sa création. Pour justifier ses motivations, lors d’une présentation officielle de ce Plan, Satya Nadella, actuel patron de Microsoft, s’est expliqué. Ainsi, il a déclaré « Le consensus scientifique est clair : le monde est confronté aujourd’hui à une crise du carbone ». De plus, il a précisé « Si nous ne réduisons pas nos émissions, et si les températures continuent de grimper, la science nous avertit que les résultats seront dévastateurs. »

Des actions concrètes

Pour parvenir à respecter ses engagements, d’ici 2025, Microsoft a prévu de ne plus alimenter ses différents centres qu’avec des énergies renouvelables. Cela, dans tous les bâtiments où la société mène ses activités. Par ailleurs, dès juillet 2020, le groupe a décidé de s’imposer une forme de « bilan carbone interne ». Enfin, il contribuera activement à des actions de reboisement, afin d’aboutir à des reforestations ciblées. Preuve du sérieux de son engagement, l’entreprise américaine a aussi annoncé qu’elle allait investir un milliard de dollars dans la création d’un « Fonds d’innovation pour le climat ». Celui-ci servira à développer des technologies capables de capturer et de supprimer le carbone.

Des géants américain plus impliqués

Obtenir un bon bilan carbone est devenu un objectif pour de nombreux grands groupes américains.

Obtenir un bon bilan carbone est devenu un objectif pour de nombreux grands groupes américains.

De son côté, la société Amazon compte également atteindre la neutralité carbone en 2040. Jeff Bezos s’y est engagé. Cette récente implication dans une démarche plus verte, respectueuse des conséquences d’émissions excessives de CO2, prouve une nouvelle prise de conscience. Ainsi, dernièrement, la société Pepsi a aussi déclaré qu’elle comptait utiliser 100 % d’électricité renouvelable pour continuer ses activités aux Etats-Unis. Cela, afin d’atteindre un meilleur bilan carbone. A l’évidence, ces très grands groupes américains déclarent depuis peu qu’ils sont vraiment prêts à changer leurs modèles de production. Une réaction qui était très attendue, face aux nombreuses critiques régulièrement formulées par les organisations de protection de l’environnement.

Des craintes qui se précisent

L’implication affichée par Microsoft et Amazon pour obtenir un bon bilan carbone montre une inquiétude réelle. En effet, celle-ci est en train de grandir dans le monde, face à une hausse redoutée des températures. Indéniablement, ce changement pourrait engendrer d’énormes bouleversements planétaires. Pour preuve, ce mercredi, l’ONU a annoncé que la période qui s’est écoulée entre 2010 et 2019 a été la plus chaude jamais observée. Suite à ce constat, l’Organisation des Nations Unies redoute, dans les prochaines années, l’apparition de « phénomènes météorologiques extrêmes ».



Né à Paris le 12 Décembre 1981, Pierre Baron est un journaliste français. En 1999, à tout juste 19 ans, il débute une carrière de journaliste à News-York sur la chaîne spécialisée en économie Bloomberg TV. Il rejoint BFM TV dès son lancement en 2005 et anime des émissions sur la chaîne d'info en continu de 2005 à 2010. On le voit ensuite sur iTélé, entre 2011 et 2017 date à laquelle il intègre la rédaction du Bulletin des Communes qui lui confie la rubrique NTIC.