Le chef de l'Etat veut apporter des aides à la culture

Aides à la culture : Emmanuel Macron veut secourir un secteur sinistré

13137

Aides à la culture : un soutien gouvernemental affirmé

Hier, lors d’un visioconférence, Emmanuel Macron a exprimé son souci d’apporter rapidement des aides à la culture. Une attitude de soutien qui a été bien perçue. Cela, la veille de l’intervention qu’Edouard Philippe fera aujourd’hui à 16 heures. Elle concernera la « préparation de l’étape du 11 mai ».

 

Une année sacrifiée

A l’heure où le Gouvernement peaufine son Plan de déconfinement, Emmanuel Macron a accordé hier une attention particulière au secteur culturel français. En effet, cette filière est particulièrement éprouvée depuis plusieurs semaines. De fait, alors que certains commerces vont pouvoir rouvrir lundi prochain, les grands théâtres, les cinémas et les salles de concerts importantes devront rester fermés. Cela, afin de respecter la distanciation physique obligatoire. Idem pour les grands festivals d’été. Confronté aux attentes urgentes d’un secteur qui se sent abandonné, le chef de l’Etat lui a proposé plusieurs débuts de solutions. Cela s’est passé hier, lors d’une visioconférence qui rassemblait un panel de divers artistes. Celui-ci comportait des musiciens, des cinéastes et des écrivains.

Un secteur emblématique

Conscient que ce secteur fait vivre 1,3 million de travailleurs, le président a dévoilé quelques réponses à sa situation de crise. Ainsi, certains lieux culturels pourront rouvrir leurs portes à partir du 11 mai. Mais en s’adaptant aux risques inhérents au Covid-19. Dans cette optique, des petits musées, les librairies, les médiathèques, les disquaires et les galeries d’art recommenceront à fonctionner. De même que certains théâtres, mais de taille réduite. Par la suite, un bilan sur cet assouplissement aura lieu, « fin mai, début juin ». De plus, Franck Riester, ministre de la Culture, a confirmé que certains monuments historiques seront à nouveau accessibles.

Des premières aides à la culture

Pour soulager les intermittents du spectacle, brutalement privés de revenus, Emmanuel Macron a annoncé que leurs droits seront prolongés jusqu’en août 2021. Cette mesure était espérée par tous les membres de ce secteur. Par ailleurs, le chef de l’Etat a également annoncé le lancement d’un «  grand programme de commandes publiques ». Celui-ci s’adressera en priorité aux jeunes artistes. Suite à cette intervention du président, Jean-Marc Dumontet, propriétaire de six théâtres à Paris, a salué « une parole forte ». De plus, il a souligné l’aide gouvernementale accordée aux intermittents. Globalement, les artistes présents ont considéré cet échange comme positif. Cette main tendue d’Emmanuel Macron, qui tient à offrir des aides à la culture, va dans le sens d’une remise en marche du pays. Entre autres, pour éviter une catastrophe économique majeure.

Un redémarrage sous surveillance

Emmanuel Macron veut apporter des aides à la culture, actuellement en grande difficulté.

Emmanuel Macron veut apporter des aides à la culture, actuellement en grande difficulté.

L’exécutif a prévenu que plusieurs indicateurs guideront ses choix en matière de déconfinement. S’il l’estime justifié, un « déconfinement plus strict » sera alors appliqué. Notamment, l’évolution de la circulation du virus, les capacités hospitalières du pays, et le déroulement des tests réalisés dans la population. Ensuite, cet ensemble déterminera le classement des départements, en vert ou en rouge.

Des règles de prudence à respecter

Jean Castex, chargé de coordonner le futur déconfinement, a rappelé que ce dispositif progressif devra respecter des règles de prudence. Ainsi, il a confirmé devant la Commission des lois du Sénat qu’un second Plan de confinement pourrait être activé. Cela, si une nouvelle aggravation de la situation sanitaire apparaissait. Cependant, Jean Castex a aussi précisé que cette éventualité n’était « pas notre objectif ». Parallèlement aux aides à la culture annoncées, pour ce haut fonctionnaire, la situation très préoccupante de la rentrée scolaire sera sans doute une priorité. Car garantir la mise en place d’un « protocole sanitaire » satisfaisant restera un pari compliqué. Notamment à cause de l’inquiétude de nombreux élus, concernant leur responsabilité pénale. Justement, à ce sujet, le Sénat vient juste d’adopter un projet de loi sur la responsabilité des décideurs. Un projet probablement remanié par l’Assemblée nationale.




Laisser un commentaire