L'accès aux marchés d'Ardèche est désormais limité à cent personnes

Accès aux marchés : l’Ardèche prend une décision controversée

16040

Accès aux marchés : une restriction mal vécue

 

Depuis la mi-octobre, en Ardèche, l’accès aux marchés se limite à seulement cent personnes. Un seuil très controversé, car les grandes surfaces de la région n’ont pas à le respecter.

 

Un seuil trop arbitraire ?

une allée avec un accès aux marchés

L’accès aux marchés ardéchois doit désormais respecter une restriction maximale de cent personnes, mal vécue par les professionnels

Dernièrement, par arrêté, Françoise Souliman, préfète de l’Ardèche, a fixé à cent personnes maximum l’accès aux marchés locaux. Cette restriction s’applique également aux diverses foires, aux brocantes, ainsi qu’aux vide-greniers. Cependant, au même moment, les supermarchés ne doivent respecter aucune limitation.  Une différence de traitement vécue, sur place, comme une injustice profonde. En effet, ce déséquilibre donne aux paysans ardéchois une impression désagréable de « deux poids, deux mesures ». Ainsi, cette décision est actuellement source d’un vif mécontentement au sein de la Confédération paysanne. Car elle s’estime lésée. De fait, Carole Pouzard, l’une des porte-paroles de ce syndicat agricole, a récemment fait une déclaration sans équivoque. En expliquant, « Encore une fois, ce sont les paysans qui subissent, […] on pénalise à nouveau les marchés. Et à nouveau les grandes surfaces sont épargnées. »

Une mesure dissuasive

Par conséquent, pour la Confédération paysanne, cet arrêté est totalement injustifié. Ainsi, il a fait resurgir un ancien conflit. Qui était déjà né en mars dernier. Au moment du premier confinement. A l’époque, cette restriction de l’accès aux marchés avait scandalisé les professionnels qui y travaillaient. De plus, au niveau pratique, cette limitation est difficile à faire respecter. Car les contrôles nécessaires nécessitent forcément des moyens. Par ailleurs, la Confédération paysanne craint qu’en imposant une telle restriction, celle-ci ne dissuade les clients. Ainsi, ils pourraient peu à peu cesser de venir sur les marchés ardéchois pour faire leurs courses. D’où un manque à gagner très pénalisant pour toute une profession.