Lors des Municipales, Strasbourg est devenue une ville écologiste.

A Strasbourg : la capitale alsacienne veut devenir une capitale européenne

14146

A Strasbourg : une forte volonté verte

 

Dès son intronisation, à Strasbourg, la nouvelle maire Jeanne Barseghian a déclaré qu’elle voulait transformer sa ville en « capitale européenne de la transition écologique, sociale et démocratique ». Un programme ambitieux et des paroles fortes. Pour lesquels des efforts concrets devront s’amorcer rapidement.

 

Des défis majeurs à relever

Dorénavant, par ses actions à Strasbourg, la nouvelle édile de 39 ans veut relever trois grands défis complémentaires, indissociables à ses yeux. A la fois sur le plan social et environnemental. En effet, Jeanne Barseghian considère que l’environnement “[…] envoie des signaux de plus en plus forts et de plus en plus fréquents […]”. De ce fait, ces avertissements doivent maintenant déclencher “[…] des actes forts, ambitieux et collectifs.”

Une direction claire

A Strasbourg, la victoire de la nouvelle maire écologiste devrait donner une nouvelle dynamique à la ville.

A Strasbourg, la victoire de la nouvelle maire écologiste devrait donner une nouvelle dynamique à la ville.

Dès son premier conseil municipal, Jeanne Barseghian a montré sa volonté écologiste. En déclarant pour la capitale alsacienne l’« état d’urgence climatique ». Une façon claire d’affirmer qu’elle veut désormais jouer un rôle actif dans la transition écologique du territoire. Pour cela, elle sera sans doute soutenue par l’ensemble des conseillers municipaux. D’ailleurs, ces derniers l’ont acclamée debouts, lors de son premier discours après sa victoire. Le 28 juin dernier, à Strasbourg, Jeanne Barseghian a obtenu près de 42 % des voix, au second tour des Municipales. Ainsi, les Strasbourgeois l’ont largement plébiscitée. Devant Alain Fontanel, candidat LREM (35 %), et l’ancienne maire socialiste Catherine Trautmann. Celle-ci n’ayant recueilli que 23 % des scrutins.

Une dynamique collective

A ce jour, à Strasbourg, la nouvelle majorité réunie derrière Jeanne Barseghian comptabilise 47 sièges sur 65. Ainsi, l’édile écologiste va être rejointe par sept conseillers. Des anciens collaborateurs de son ex-concurrente, la socialiste Catherine Trautmann. Pour mener à bien son action, Jeanne Barseghian s’est entourée de dix-neuf adjoints. Avec eux, la nouvelle maire veut instaurer une dynamique collective. Cela, afin de travailler « […] dans la collégialité ». Avec la volonté de maintenir un esprit de transversalité, « […] pour éviter que chacun travaille dans son coin. »