vehicules- decarbones

Véhicules décarbonés : leur développement intéresse les grandes villes

Véhicules décarbonés : leur développement intéresse les grandes villes

375

Véhicules décarbonés : des innovations surveillées de près.

Ce 4 avril, de nombreux professionnels de l’automobile et des élus de la région Île-de-France se sont retrouvés à Versailles, pour découvrir les dernières innovations présentées par l’institut du Véhicule Décarboné et Communicant et de sa Mobilité (VEDECOM).

vehicules- decarbonesLes expériences sur de nouvelles voitures autonomes non-polluantes, destinées aux transports citadins, publics et privés, se multiplient dans le monde entier. Elles sont particulièrement vivaces en Europe, qui espère devenir leader dans ces recherches et dans toutes les évolutions technologiques favorisant ce domaine. Les travaux menés par l’institut VEDECOM, un organisme classé comme Institut pour la Transition Énergétique (ITA), sont très actifs en faveur de ce secteur d’avenir, et donc très surveillés par tous les acteurs intéressés par la circulation urbaine. Ils attendent tous de découvrir, lors des présentations du VEDECOM, la prochaine solution apportée par une voiture autonome capable de réduire ses émissions de CO2, la plus économique possible. Ce véhicule décarboné pourrait notamment éviter aux automobilistes de s’arrêter sur les routes pour recharger leurs voitures électriques, en circulant plus longtemps. L’institut VEDECOM, soutenu par les collectivités territoriales de Versailles, le Conseil Départemental des Yvelines et le Conseil Régional d’Ile-de-France, contribue fortement à trouver des solutions pour instaurer une nouvelle mobilité en Île-de-France. Il a déjà mis au point, en partenariat avec la RATP, un minibus sans chauffeur à Paris, qui circule sur le pont Charles-de-Gaulle, entre la Gare d’Austerlitz et la Gare de Lyon.



Journaliste spécialiste des Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication. Collaborateur permanent du Bulletin des Communes et chef de rubrique.