Travail des seniors : des recrutements actuellement insuffisants

0
7314
En France, le travail des seniors est freiné par des recrutements Insuffisants.

Travail des seniors : un levier pour réduire le chômage

Aujourd’hui en France, le taux des travailleurs de 55 ans et plus est dramatiquement bas. Une situation qui pourrait aisément s’améliorer si demain les services des ressources humaines des sociétés changeaient leurs critères de recrutements. Voire, si ces services acceptaient progressivement de mieux accueillir le travail des seniors.

Une discrimination cachée

Actuellement, l’égalité d’accès à l’emploi des femmes par rapport aux hommes est un sujet largement admis. Cependant, cette égalité professionnelle au sein des entreprises devrait maintenant s’étendre à la place prévue pour les seniors. De fait, le travail des seniors reste encore massivement discriminé, dès que ces derniers recherchent un emploi. Car à l’évidence, l’âge représente toujours un frein majeur à l’embauche. Objectivement, ce principe caché influe aussi sur le travail des actifs dès l’âge de 45 ans, en faisant baisser leur taux de recrutement. 

Une question de mentalité

En France, en 2020, pour tout demandeur d’emploi de 55 ans ou plus, les chances d’obtenir un travail en CDI sont minces. Or, différentes études montrent que cette difficulté est plus un problème de mentalité dans la société qu’un véritable souci économique. De plus, ce manque d’accès à l’emploi, subi par les seniors, a aussi des conséquences sur leurs familles. Par conséquent, ce problème rejaillit souvent sur plusieurs générations. A ce jour, moins d’un tiers des plus de 59 ans ont encore un emploi. Par rapport aux autres pays européens, ce constat négatif place la France parmi les pays à la traîne, concernant le travail des seniors. Pour qu’une réforme des retraites puisse se faire harmonieusement, il est donc impératif que l’accès à l’emploi de cette tranche d’âge s’améliore. Ce thème touche évidemment la question sensible de l’âge d’équilibre, envisagé aujourd’hui au-delà de l’âge légal. En effet, ce débat est totalement faussé si la population des plus de 59 ans ne peut plus vraiment travailler. De fait, ce blocage conditionne la question de l’âge réel du départ à la retraite.

Des mesures favorables au travail des seniors

Les freins constatés dans le travail des seniors gonflent les mauvais chiffres du chômage.
Les freins constatés dans le travail des seniors gonflent les mauvais chiffres du chômage.

Pour faire bouger les lignes, l’Association Nationale des DRH, l’ANDRH, réclame que le travail des seniors devienne une préoccupation nationale, car c’est un thème urgent. Par la suite, un changement de perception de l’âge des travailleurs pourrait être encouragé par des contraintes dictées aux entreprises françaises. Cela, afin qu’elles embauchent après 55 ans. Des sanctions pourraient même être prévues, si les recruteurs ne changent pas d’attitude. Pour obtenir une amélioration, faciliter l’accès à des formations serait un moyen efficace. Notamment, grâce au Compte Personnel de Formation. Ainsi, un nouveau dispositif plus favorable permettrait aux salariés en seconde partie de carrière de maintenir leur employabilité. Ce, en complétant leurs compétences.

Des cotisations sociales partagées

Par ailleurs, permettre aux seniors de travailler à temps partiel, en instaurant un complément de cotisations sociales versées par les employeurs, serait un autre facteur d’amélioration. Actuellement, trop peu d’entreprises y ont recours. De plus, le travail des seniors pourrait aussi être dynamisé par une prise en charge par l’Etat d’une part des salaires versés. Enfin, l’accès à une retraite progressive pourrait être assoupli. Cela permettrait de garder plus longtemps les salariés. Un système auquel le Premier ministre semble être favorable. Tout comme à celui du principe des préretraites. Sans oublier de prendre en compte, dans ces futurs aménagements, le sujet essentiel de la pénibilité.