Des tests antigéniques, très rapides, seront bientôt accessibles

Tests antigéniques : vers des détections nettement plus rapides

16052

Tests antigéniques : un espoir sanitaire important

 

Bientôt, des tests antigéniques, aux résultats beaucoup plus rapides pour dépister le coronavirus, seront mis sur le marché. Grâce à eux, on pourra obtenir un résultat en seulement quinze minutes

 

Une étude très encourageante

Les tests antigéniques, plus rapides, représentent un espoir sanitaire important

Les tests antigéniques, plus rapides, représentent un espoir sanitaire important

Récemment, une étude préliminaire faite par l’Université de Lausanne, chargée d’évaluer la fiabilité des tests antigéniques, a prouvé leur fiabilité. Pour cela, des scientifiques suisses ont utilisé ces nouveaux tests en conditions réelles. Sur un panel de 380 personnes. Toutes présentaient des symptômes caractéristiques de la Covid-19. Par ailleurs, auparavant, elles avaient effectué un test PCR nasal. Après comparaison entre les deux méthodes, les tests rapides ont permis de détecter 22 % de cas positifs. Contre 26 % avec les tests PCR. Par ailleurs, la différence a été encore plus faible avec les patients très contagieux. En effet, l’écart enregistré a alors été de seulement 1 %. En conclusion, même s’ils sont légèrement moins réactifs, les tests antigéniques sont beaucoup plus pratiques. De fait, leur rapidité devrait permettre de réduire efficacement la durée des isolements préventifs. Ces derniers étant parfois inutiles.

Un outil prometteur

Finalement, les tests antigéniques pratiqués en Suisse par Unisanté ont montré une sensibilité globale de 85 %. Et même de 94 %, avec les sujets les plus contagieux. Ainsi, pour les infectiologues, la rapidité des résultats obtenus devraient encourager beaucoup plus de personnes à se faire tester. Surtout en cas de symptômes. De plus, grâce à ces nouveaux tests, déjà homologués aux normes européennes, la charge de travail des services hospitaliers pourra nettement s’alléger. Et les isolements ne se pratiqueront plus qu’avec des cas positifs confirmés. Désormais, une prochaine utilisation de ces tests rapides sur des personnes asymptomatiques reste malgré tout à définir.