Le retour du vélo pourrait être l'une des conséquences inattendues de la crise du coronavirus

Retour du vélo : la « petite reine » remise à l’honneur

13227

Retour du vélo : pédaler pour rester en bonne santé

 

La crainte parmi les citadins de reprendre les transports en commun lors du déconfinement pourrait engendrer un retour du vélo accéléré. En tous cas, un essor beaucoup plus rapide que prévu. Ainsi, la bicyclette pourrait bientôt devenir, outre un mode de transport moins polluant, une nouvelle mesure de protection sanitaire dans les métropoles.

 

Une crainte latente

A partir du 11 mai, la perspective de reprendre le chemin des transports en commun, surtout aux heures de pointe, inquiètera beaucoup de citadins. Car la solution du télétravail ne sera pas accessible à tous. Par conséquent, le risque de se retrouver dans des wagons ou des bus bondés, dans une promiscuité inquiétante, fait déjà beaucoup réfléchir. Au point de faire redouter aux transporteurs un boycott de leur offre, au profit de la voiture. Un scénario qui s’est déjà vérifié en Chine, à cause de la peur ambiante de contracter le coronavirus. Résultat, un trafic automobile surmultiplié. Mais le retour du vélo est aussi un scénario très plausible. A condition qu’on l’organise.

Conscient d’un futur changement possible, dans les prochains trajets des citadins, le Gouvernement a anticipé les conséquences du déconfinement. Pour preuve, en Ile-de-France, l’exécutif a chargé Pierre Serne, conseiller régional écologiste, de réfléchir aux moyens de favoriser les déplacements à vélo.

Des aménagements rapides à prévoir

Le retour du vélo pourrait s'intensifier, à cause du respect de la distanciation sociale.

Le retour du vélo pourrait s’intensifier, à cause du respect de la distanciation sociale.

Le secrétaire d’Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a donc chargé Pierrre Serne, par ailleurs Président du réseau Villes et Territoires Cyclables, d’anticiper un éventuel rejet des transports en commun. Ce qui pourrait entraîner une congestion automobile majeure. Alors que le retour du vélo pourrait, plus en douceur, éviter une seconde vague de l’épidémie. Car celle-ci est toujours redoutée. Pour cela, des aménagements de nouvelles pistes cyclables seraient alors à prévoir en urgence. Peut-être même dans les prochaines semaines. Une initiative tout à fait envisageable. Elle irait exactement dans le même sens que les récentes mesures projetées par Anne Hidalgo. Ainsi, la Capitale se mettrait au diapason d’autres métropoles européennes qui, comme Berlin, ont grandement favorisé le retour du vélo.

Des exemples à suivre ?

Si l’on observe les choix déjà faits à l’étranger, le retour du vélo pourrait bien être le prochain changement majeur, observé dans nos habitudes citadines. Ainsi, en Colombie, une ville comme Bogota a démontré qu’on pouvait construire en à peine quelques jours des centaines de kilomètres de pistes cyclables. New York, Mexico et Calgary, au Canada, ont fait ce même choix. Cependant, pour que cette solution de circulation devienne vraiment populaire, il faudra aussi créer de nombreux points de stationnement. Cela, pour éviter les vols. Et il ne faudra pas négliger la sécurité de ces nouvelles voies, proposées aux usagers.




Laisser un commentaire