La restauration des infrastructures fluviales française doit être constante.

Restauration des infrastructures fluviales : de meilleures voies navigables

18799

Restauration des infrastructures fluviales : un entretien constant

 

Cette semaine, l’établissement public Voies Navigables de France a annoncé qu’il allait financer la restauration des infrastructures fluviales du pays. En apportant un budget conséquent de 300 millions d’euros. Ainsi, cette somme servira à moderniser les dispositifs qui en ont le plus besoin.

Différentes sources d’investissement

La restauration des infrastructures fluviales, absolument nécessaire, implique un entretien régulier.

La restauration des infrastructures fluviales, absolument nécessaire, implique un entretien régulier.

Bientôt, l’apport financier de Voies Navigables de France servira à favoriser le développement du transport fluvial à travers les territoires. En parallèle, ces futurs chantiers permettront aussi d’optimiser la gestion de l’eau en France. Grâce à des reconstructions de barrages. Ce qui contribuera à préserver la biodiversité. De fait, il faut rappeler que cet l’établissement public travaille notamment sous la tutelle du ministère de l’Écologie. Parallèlement, Voies Navigables de France interviendra aussi sur le canal des Vosges. Concernant l’enveloppe prévue pour ces initiatives, 175 millions d’euros proviendront du Plan de relance gouvernemental. Sur deux ans. Par ailleurs, des co-investissements complémentaires seront également fournis par plusieurs collectivités locales. Ainsi que par l’Union européenne.

Restauration des infrastructures fluviales : une continuité dans les chantiers

L’année dernière, Voies Navigables de France a réalisé diverses restaurations des infrastructures fluviales françaises. Entre autres, dans l’Aisne, en Seine-et-Marne et en Côte-d’Or. En contribuant aussi au recalibrage du canal Seine-Nord Europe. Afin d’autoriser de plus grands bateaux à y passer. Enfin, Voies Navigables de France a aussi modernisé divers ponts-canaux et plusieurs écluses. Cette année, d’autres projets sont déjà programmés. Sur les 6.700 kilomètres de fleuves et de canaux gérés par l’établissement public. Ainsi, la rénovation des écluses de Quesnoy-sur-Deûle dans le Nord, de Gambsheim dans le Bas-Rhin, et de Nourriguier, dans le Gard, est déjà prévue. Ainsi, ces travaux permettront un emploi accru de la fibre optique. Qui servira bientôt, à certains endroits, à gérer automatiquement des canaux.

Un réseau vertueux

A l’occasion de cette annonce de financement, Thierry Guimbaud, Directeur général de Voies Navigables de France, a rappelé la future place, importante, que jouera le transport fluvial dans la transition écologique du pays. En effet, les avantages de cette solution sont nombreux. Car elle est vertueuse. De fait, elle permet de réaliser des transports plus économes en carbone. Tout en offrant d’énormes capacités de chargement. A terme, cet ensemble de qualités sera très bénéfique à l’ensemble des territoires. Ce qui justifie régulièrement une restauration des infrastructures fluviales dans l’Hexagone.