Plages bretonnes : certaines voient rouge

Des plages bretonnes deviennent rouge

Des plages bretonnes deviennent rouges

Après les nuisances bien connues des algues vertes, qui prolifèrent exagérément sur certaines plages, peu engageantes et nauséabondes, la Bretagne connaît depuis peu un nouveau genre de nuisance, caractérisée par une eau de couleur rouge-orangée, d’un aspect étonnant, mais dissuasif pour les baigneurs et les promeneurs.

Un phénomène surprenant

Dans le Finistère, notamment à Moëlan-sur-Mer, Trégunc et Clohars-Carnoët, et dans le Morbihan, les baigneurs ont récemment eu la désagréable surprise de découvrir que l’eau de la mer, habituellement bleu et propre, avait soudain pris une teinte nettement rougeâtre. Ce phénomène produit un effet visuel peu appétissant, et même légèrement inquiétant. Dans le doute, face à ce changement brutal et inexpliqué, les drapeaux rouges ont été hissés. La baignade a ainsi été momentanément interdite, sur une longueur de plusieurs kilomètres, pendant que l’on tentait d’éclaircir ce mystère.

Aucun danger réel

Après de premiers tests, réalisés entre autres par le Laboratoire Environnement Ressource Morbihan-Pays de Loire (LER/MPL), la cause de la couleur anormale de la mer a été trouvée. Elle est simplement due à une prolifération très rapide d’un phytoplancton, le Noctiluca Scintillans, causée par un réchauffement sensible de la température de l’eau. Finalement, d’après les analyses qui ont été faites, cette prolifération brutale ne présente aucun risque direct pour les baigneurs, car elle n’est pas toxique. La préfecture du Morbihan est arrivée à la même conclusion, ce qu’elle a expliqué dans un récent communiqué. Cependant, cette coloration étrange du littoral pourrait de nouveau avoir lieu dans les semaines qui viennent, sur d’autres plages voisines, voire dans d’autres départements.

Quelques précautions simples à prendre sur les plages bretonnes

Même si cette modification de la couleur de l’eau, visible au bord des plages, n’est pas véritablement dangereuse, les autorités demandent actuellement aux baigneurs et aux vacanciers de ne pas nager dans les zones où ce plancton s’est accumulé. Il est aussi conseillé de se doucher après avoir nagé dans les endroits touchés par ce phénomène inhabituel. Il est également recommandé aux enfants qui y jouent de ne pas boire cette eau de mer. Enfin, par sécurité, il est préférable de ne pas consommer de coquillages ou de crustacés provenant des zones touchées. Dans le Morbihan, sur la côte lorientaise (Guidel, Ploemeur, Larmor-Plage et Port-Louis), ces informations ont été communiquées dès le samedi 7 juillet, afin que tous les postes où l’on surveille les baignades soient informés de ces mesures de prévention.

 

Le Bulletin des Communes suggère aussi : LIRE